Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
8 septembre 2007 6 08 /09 /septembre /2007 06:46
par David Horovitz pour Jerusalem Post le 3 septembre 2007

David Horovitz est rédacteur en chef de l'édition anglaise du Jerusalem Post

Disons que vous voulez organiser une conférence visant à promouvoir la paix entre Israéliens et Palestiniens. Ne serait-ce pas une bonne idée de représenter de façon impartiale le point de vue israélien ? Ne serait-il pas contreproductif que la conférence dégénère en un festival de haine anti-israélienne ? Et si ceci arrivait non pas par accident, mais volontairement ? Vous seriez en droit de conclure que le but d'une telle conférence ne serait pas du tout de promouvoir la paix, mais de préparer le terrain à la destruction d'Israël. Et vous pourriez donc être étonné de découvrir qu'une telle conférence est patronnée non pas par une organisation anti-israélienne mais par des organismes aussi vénérables que les Nations unies et le Parlement européen.

Il est difficile de tirer une autre conclusion à la simple vue de l'ordre du jour de la réunion préparatoire de la "Conférence internationale de la société civile à l'appui de la paix israélo-palestinienne", qui doit s'ouvrir jeudi 30 août au Parlement européen à Bruxelles. Il suffit de voir quels organes seront représentés : le bureau du secrétaire général de l'ONU, le Parlement européen, la commission de l'ONU sur l'exercice des droits inaliénables des Palestiniens, la "Palestine" et le réseau international de coordination pour la Palestine. Si les groupes anti-israéliens veulent organiser en 2009 une conférence excluant totalement le point de vue israélien, rien ne les en empêche. Mais que font là le cabinet du secrétaire général de l'ONU et le Parlement européen ? En quoi une telle conférence "promeut-elle la paix" ? En réalité, il y aura bien des Israéliens.

Comme l'a dit Hillel Neuer de l'organisation UN Watch : "la conférence offrira une tribune aux intervenants arabes qui justifient les attaques suicidaires et accusent Israël d'être vil, raciste et illégitime, et pour faire équilibre, elle sera également l'occasion d'entendre des intervenants israéliens justifier les attaques suicidaires et accuser Israël d'être vil, raciste et illégitime." Nous savons à quoi nous attendre parce cela est déjà arrivé. L'infâme conférence "contre le racisme" de Durban en 2001 avait remis au goût du jour l'expression "le sionisme est une forme de racisme". A Durban, un contingent impressionnant arborait des tee-shirts portant les inscriptions "Occupation = Colonialisme = Racisme, Stop à l'Apartheid israélien". Les ONG palestiniennes y distribuaient des prospectus à l'effigie d'Hitler sous le titre, "Et si j'avais gagné ?" avec la réponse : "II n'y aurait ni Israël ni carnage palestinien."

La conférence de Durban a été l'occasion de tels débordements de haine que les délégations américaines et israéliennes se sont senties obligées de partir. Mais qu'en est-il de tous les pays qui se sont dits embarrassés et ont marmonné leurs "regrets", tout en y laissant leurs représentants ? Qu'en est-il des fameuses organisations des droits de l'homme, comme Amnesty International et Human Rights Watch, qui ont agi comme si elles n'étaient que des témoins innocents devant cette mêlée ?

Cette semaine, l'ONU organise une réunion préparatoire à Genève en vue de la suite de la conférence de Durban. Étant donné les groupes responsables de cette réunion, nous pouvons nous attendre à revivre plus ou moins le même scénario. Après Durban, les organisations et autres gouvernements bien intentionnés peuvent dire qu'ils ont été induits en erreur. Maintenant que nous et eux savons la vérité, que peut-on faire pour éviter un autre fiasco ?

Tout d'abord, notre gouvernement doit lancer une campagne obligeant l'ONU et l'Europe à choisir : soit ils organisent une conférence équitable et constructive, soit ils mettent un terme à leur collaboration avec ces groupes anti-israéliens.

Les membres polonais du Parlement européen doivent être salués pour avoir montré la voie en annonçant leur refus de participer à la conférence de Bruxelles. Comme Bronislaw Geremek, député polonais, l'a déclaré : "Bien qu'il n'y ait aucune déclaration officielle qu'Israël doit être jeté à la mer, le choix des sujets [...] montre qu'il, s'agira d'une conférence biaisée et source de conflits. Nous pouvons la qualifier d'anti-israélienne."

Cette conférence est l'occasion pour l'ONU et les Européens d'être testés sur leur honnêteté envers Israël. Il n'est pas possible d'insister sur la paix d'un côté et de parrainer, voire participer à l'incitation à la haine de l'autre. Il ne suffit pas d'exprimer rétroactivement ses "regrets" suite à des conclusions facilement prévisibles, n est temps d'arrêter Durban II.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Antisionisme
commenter cet article

commentaires