Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 05:48
Depuis le Bureau de JERUSALEM de " World Net Daily " [WND]

Par Aaron Klein, © 2007 WorldNetDaily.com
http://www.worldnetdaily.com/news/article.asp?ARTICLE_ID=57195

Adaptation française de Sentinelle 5767 ©

JERUSALEM - Les négociateurs palestiniens élaborant un accord 'derrière le rideau' avec le cabinet du Premier Ministre Ehud Olmert ont fait savoir clairement qu'il n'accepteront pas d'accord de paix final si l'Etat juif ne renonce pas au Mont du Temple, le site le plus sacré du judaïsme, a appris WND.

Selon un reportage paru dans le quotidien israélien 'Yediot Aharonot', Olmert veut discuter d'un contrôle conjoint israélo-palestinien sur l'ensemble du Mont du Temple. L'article ne rapporte pas les positions de la partie palestinienne sur la question.
Un chef négociateur palestinien, parlant à WND sous condition d'anonymat, a déclaré le 16 août 2007 : " Il ne peut y avoir d'accord avec Israël à moins que nous n'obtenions la souveraineté totale sur le Mont. Lorsque le contrôle palestinien sur le Mont du Temple sera réglé, alors nous donnerons des assurances pour des visites juives sur le site ".

Le chef négociateur a déclaré que des aides du Président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas de l'organisation Fatah, ont martelé les paramètres d'un accord de statut final, pour sa présentation en novembre à un sommet international soutenu par les USA concernant le Moyen-Orient.

Des questions déjà discutées entre Israël et les Palestiniens incluraient la division de parties de Jérusalem, et des discussions concernant les frontières permanentes entre Israël et l'AP.

La conférence internationale de novembre et des déclarations de l'administration Bush au cours des quelques semaines écoulées en ont conduit beaucoup ici à spéculer sur la volonté des USA de forcer dans le futur prochain d'intenses négociations israélo-palestiniennes conduisant à un Etat palestinien.

Avec les 18 mois qui leur restent en charge, le Président Bush et la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice ont poussé à des réunions entre Abbas et Olmert pour établir un cadre et donner un élan conduisant à une percée à la conférence de novembre. Olmert et Abbas se sont rencontrés deux fois par mois lors de sommets parrainés par les USA.

Interrogé par WND pour savoir si Olmert est prêt à renoncer au Mont du Temple dans un accord avec les palestiniens, David Baker, un porte-parole du Premier Ministre, n'a fait aucun commentaire.
Juifs, Chrétiens interdits de prier sur le Mont

Le Mont du Temple est le lieu le plus sacré du judaïsme. Les Musulmans disent qu'il est leur troisième lieu saint.

Le Premier Temple juif a été construit par le Roi Salomon au 10ème siècle avant JC. Il a été détruit par les Babyloniens en 586 avant JC. Le Second Temple a été reconstruit en 515 avant JC. Après que Jérusalem ait été libéré de la captivité de Babylone. Ce Temple a été détruit par l'Empire Romain en 70 après JC. Chaque Temple a duré environ quatre siècles.

Le Temple juif était le centre du culte religieux juif. Il hébergeait le 'Saint des Saints', qui contenait 'l'Arche d'Alliance' et était considéré comme le lieu où reposait la " présence " divine ['Shrina' en hébreu, Ndt]. La mosquée al Aqsa se tient actuellement sur le site.

Le temple servait comme principal lieu pour l'offrande de sacrifices, et c'était le lieu principal de rassemblement en Israël pendant les fêtes juives.

Le complexe du Mont du Temple est resté un point central pour les services juifs au cours des millénaires. Des prières pour le retour à Jérusalem ont été prononcées par les Juifs depuis la destruction du Second Temple, selon la tradition juive. Les Juifs à travers le monde prient en se tournant vers le Mur Occidental, partie d'une cour extérieure du Temple demeurée intacte.

La mosquée al Aqsa a été construite aux environs de 709 après JC pour servir de lieu de pèlerinage près d'un autre autel, le Dôme du Rocher, construite par un calife islamique. Al Aqsa était destinée à marquer le lieu où des Musulmans vinrent pour croire en l'ascension au paradis de Mohammed, le fondateur de l'Islam.

Jérusalem n'est jamais mentionné dans le Coran. La tradition islamique déclare que Mohammed a fait un voyage en une nuit depuis la " mosquée sacrée " - considérée comme celle de la Mecque dans le Sud de l'Arabie - vers la " mosquée la plus éloignée ", et là, depuis le roc, il fit son ascension au paradis. La mosquée la plus éloignée devint plus tard associée à la mosquée al Aqsa à Jérusalem.

Actuellement sous contrôle israélien, Juifs et Chrétiens sont interdits de prier sur le Mont.

Le Mont du Temple était ouvert au grand public jusqu'en septembre 2000, quand les Palestiniens commencèrent leur intifada en jetant des pierres sur les fidèles juifs, après qu'Ariel Sharon, alors candidat au poste de Premier Ministre, eût visité le lieu.

Suivant l'éruption de violence, le nouveau gouvernement Sharon ferma le Mont du Temple aux non musulmans, utilisant des points de contrôle pour maîtriser tout le trafic pédestre, de crainte de nouveaux affrontements avec les Palestiniens.

Le Mont du Temple fut rouvert aux non musulmans en août 2003. Il demeure ouvert mais seulement du dimanche au jeudi, de 07 h 30 à 10 h 00 et de 12 h 30 à 13 h 30, et jamais pour les fêtes chrétiennes, juives ou musulmanes ou d'autres jours considérés comme " sensibles " par le Waqf.

Pendant les jours " d'ouverture ", Juifs et Chrétiens sont autorisés à venir sur le Mont, généralement avec des tours organisés, et seulement s'ils se conforment d'abord à un strict ensemble de recommandations, qui comprennent l'exigence de ne pas prier ou de ne pas apporter des " objets saints " sur le site. Les visiteurs sont empêchés d'entrer dans aucune des mosquées sans permission directe du Waqf. Les règles sont appliquées par les agents du Waqf, qui observent étroitement les tours organisés et alertent la police israélienne à proximité pour toute infraction à leurs recommandations.

Un Plan 'Secret' offrirait la rive occidentale aux Palestiniens

Les pourparlers des négociations 'derrière le rideau' suivant un reportage de WND plus tôt dans la semaine du 12 août, déclarent que le président récemment élu, Shimon Pérès, a tranquillement dessiné un plan d'évacuation par l'Etat juif, et de transfert aux Palestiniens de pratiquement toute la Rive Occidentale [Judée et Samarie, Ndt] et de plusieurs villes arabes israéliennes à l'intérieur du territoire qui appartient indiscutablement à Israël selon la communauté internationale.

La Rive Occidentale est un territoire stratégique qui court le long de Jérusalem et met Tel Aviv et l'aéroport international d'Israël à portée de roquettes. C'est le foyer de nombreuses communautés juives bibliques, et de certains des sites les lus sacrés du judaïsme [notamment Hébron, Jéricho et Sichem, Ndt]

Pérès a présenté son initiative au Premier Ministre Ehud Olmert et aux assistants en chef du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dans les premières semaines d'août, après qu'il ait pris sa fonction de Président d'Israël en juillet 2007, selon des déclarations à WND de sources diplomatiques. 

Le rôle officiel de Président ici est largement limité à des cérémonies officielles. ; le président n'est pas responsable de la politique étrangère.

Olmert retourne le plan dans sa tête et il est d'accord sur la plus grande partie de son contenu, disaient les  sources diplomatiques.
Le plan de Pérès appelle Israël à rendre 97 % de la Rive Occidentale à Abbas, Israël conservant un petit nombre de communautés juives de son territoire. En échange de la conservation de ces territoires par Israël, l'Etat juif donnera à l'AP le contrôle de villes arabes israéliennes au Nord de Tel Aviv, qui, avec le territoire évacué de la Rive Occidentale, équivaudraient à 100 % de la Rive Occidentale.

Déjà au cours de ses réunions bimensuelles avec Abbas, Olmert a accordé un grand nombre de concessions de sécurité concernant le contrôle palestinien accru sur la Rive Occidental. 

Le Premier Ministre israélien a accordé en juillet 2007 une amnistie à 178 hommes de mains armés de l'organisation Fatah d'Abbas, comprenant la plus grande partie de la direction de haut rang des brigades des martyrs d'al Aqsa, l'aile militaire déclarée du Fatah responsable de pratiquement chaque attentat suicide à la bombe en Israël au cours des trois dernières années.

Olmert envisagerait d'accorder en plus l'amnistie à 206 terroristes des brigades. Selon les officiels palestiniens, le Premier Ministre israélien a déjà informé l'AP que les hommes de mains armés du Fatah bénéficient largement d'une immunité dans les attaques antiterroristes d'Israël, qu'ils soient ou non officiellement sur la liste d'amnistie d'Olmert.

Aussi, Olmert envisage sérieusement de retirer des centaines de barrages de défense routiers et de points de contrôle d'Israël situés sur des sites stratégiques à travers toute la Rive Occidentale. Tsahal considère les points de contrôle comme un élément crucial pour aider à empêcher les terroristes, y compris les islamikazes à la bombe, de s'infiltrer dans des villes juives.

De même, suite à une décision insuffisamment rapportée mais majeure, Israël a autorisé dans la semaine du 12 juillet 2007 des policiers armés palestiniens à patrouiller dans des zones de la Rive Occidentale qui sont sous le contrôle de la sécurité israélienne selon les Accords d'Oslo. La sécurité sur le territoire, désignée comme zone B, est supposée assurée par Tsahal, qui contrôle encore la zone mais a autorisé ici une augmentation sans précédent de la présence palestinienne armée.

En réponse à l'élan renouvelé vers un Etat palestinien, des rabbins du Conseil du Yesha des communautés juives de Judée et de Samarie - la Rive Occidentale - ont critiqué violemment le gouvernement israélien le 16 août 2007, pour avoir envisagé des concessions majeures.

Le Conseil a émis une déclaration exprimant " sa préoccupation face aux gestes diplomatiques irresponsables faits ces jours-ci, dont l'élément principal est le consentement à l'établissement d'un Etat palestinien en Judée et Samarie. Ces gestes sont fondés sur des considérations hors de propos, liées à la survie politique, et sont faites en opposition totale avec l'avis de la direction de la défense ".

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Jérusalem
commenter cet article

commentaires