Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
29 novembre 2006 3 29 /11 /novembre /2006 06:03

 Par Masri Feki

Lors d’un entretien accordé à la chaîne libanaise NBN, le ministre syrien de l’Information, Mohsen Belal, a réitéré lundi 27 novembre sa condamnation du meurtre de l’ancien ministre libanais Pierre Gemayel tout en affirmant que ceux qui complotent contre l’unité nationale du Liban sont des ennemis de la Syrie. Puis il s’est demandé (en faisant allusion à Israël) : « Qui a-t-il intérêt à ce que le Liban s’éloigne de la Syrie ? » « Ceux qui cherchent à nous isoler commencent à comprendre que nous sommes la pierre angulaire de cette région où la Syrie a toujours joué un rôle positif ».

Belal faisait sans doute allusion aux propos tenus récemment par James Baker, ce artisan du processus de paix israélo-palestinien au début des années 1990, appelant au dialogue avec Damas et Téhéran, notamment au sujet de l’Irak.

En effet, les opposants à la politique de l'isolement prôné par Washington sont de plus en plus nombreux. Le ministre des affaires étrangères espagnol Miguel Angel Moratinos, vient de se rendre pour la deuxième fois dans la capitale syrienne. Pour James Baker ou pour Moratinos, il faut prendre au mot le président Assad lorsqu’il se dit prêt à la négociation. Les tenants du dialogue croient empêcher la Syrie de continuer à exercer son pouvoir de nuisance alors que s’accroissent chaque jour d’avantage les signes du rapprochement entre Damas et Téhéran, avec la bénédiction de Pékin et de Moscou.

Or, cette politique de dialogue intervient à un moment critique pour la Syrie après l’assassinat de Gemayel. Six ans après la mort de Hafez el-Assad, le régime dirigé par son fils Bachar est sommé de rendre des comptes sur tout ce qu'on lui autorisait auparavant. Fidèle à lui-même, le régime n’a pas trouvé mieux que d’accuser mardi 28 novembre, par le biais de son agence de presse officielle SANA, Israël abriter des camps d’entraînement d’agents libanais anti-syriens « avant de les envoyer sur la scène libanaise pour exécuter des ordres américains et israéliens » ! Un des chantres de la coalition libanaise anti-syrienne, le chef du parti al-Kowat al-Lobnaneya (Ar. : Les forces libanaises) Samir Jaajaa, est accusé par SANA de comploter avec Israël contre la Syrie sous la bénédiction des Etats-Unis que les médias syriens accusent de tous les maux de la région.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Articles
commenter cet article

commentaires