Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 06:05

Le Premier ministre israélien, Ehoud Olmert, s'insurge contre l'ouverture d'un colloque sur l'Holocauste en Iran.

 

Le chef du gouvernement Israélien, Ehoud Olmert, s'est insurgé contre la "haine maladive" de Théhéran contre l'Etat hébreu, lundi 11 décembre, avant son arrivée à Berlin.

La conférence révisionniste sur l'Holocauste qui débutait, lundi, à Téhéran, "traduit la profondeur de la haine maladive" du régime iranien envers Israël, a dénoncé Ehoud Olmert à la presse. En visite en Allemagne, avant de se rendre à Rome et au Vatican mercredi, le Premier ministre a appelé tous les pays, "non seulement à se dissocier de l'Iran mais de tous ceux qui participent" à ce forum. Un peu plus tôt, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait qualifié de "mythe" la réalité de l'Holocauste.

De nombreuses critiques s'élèvent contre ce colloque de deux jours, intitulé "Etude de l'Holocauste : une vision mondiale", notamment en Allemagne, à cause de l'intention de ses organisateurs de mettre en doute l'ampleur de la Shoah (l'extermination des juifs par les nazis durant la deuxième guerre mondiale). La conférence réunit notamment des universitaires et chercheurs européens, des rabbins antisionistes et l'ancien représentant républicain de Louisiane David Duke, dirigeant du Ku Klux Klan, qui a remercié l'Iran pour avoir organisé une telle rencontre.

Initiative de Mahmoud Ahmadinejad

"Le but de cette conférence n'est pas de nier ou de confirmer la réalité de l'Holocauste", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, dans son discours d'ouverture. "L'objectif principal, c'est de donner l'occasion de s'exprimer à des penseurs qui ne peuvent pas le faire librement en Europe."

S
elon les autorités iraniennes, 67 chercheurs originaires d'une trentaine de pays participent à la conférence de Téhéran.
L
'idée de cette réunion est venue du président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui, depuis son arrivée au pouvoir en août 2005, a parlé à plusieurs reprises de l'Holocauste comme d'un "mythe" et a dénoncé la "tumeur" que constitue, selon lui, l'Etat d'Israël au Proche-Orient.
En visite en France, le vice-Premier ministre israélien Shimon Peres a qualifié de "répugnants menteurs" les participants à la conférence.

"Il s'agit d'ayatollahs extrémistes qui nous ramènent vers les sombres jours où des gens étaient brûlés et où des livres étaient brûlés", a-t-il dit devant les étudiants de l'Institut d'études politiques de Paris.

La veille, le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy avait fait part de son "inquiétude" à l'annonce de la conférence. "S'il devait s'agir de propager des idées négationnistes et révisionnistes, la France ne pourrait que la condamner avec la plus grande fermeté", avait-il dit.

Rabbins antisionistes

Les participants à cette conférence sont notamment appelés à se pencher sur les sujets suivants: "Holocauste: suites et exploitation", "Démographie: démenti ou confirmation?" 

Parmi eux figurent quelques rabbins en long manteau et chapeau noirs, certains portant des autocollants montrant le drapeau israélien barré d'une croix.

"Nous sommes venus pour donner le point de vue des juifs orthodoxes sur l'attitude à adopter à propos de l'Holocauste", a dit le rabbin Ahron Cohen. "Nous disons qu'il y a eu un Holocauste, nous lui avons survécu. Mais il ne peut en aucune manière être utilisé pour justifier les injustices qui frappent les Palestiniens."

La conférence est vivement critiquée par la communauté juive d'Iran, a rappelé Moris Motamed, unique député juif au parlement iranien.

"Nier l'Holocauste est une immense insulte", a-t-il dit à Reuters. "En tenant cette conférence, le gouvernement insulte encore la communauté juive."
Le mois dernier, un Marocain a reçu le premier prix d'un concours international de caricatures sur l'Holocauste organisé en Iran, initiative qui a soulevé l'indignation en Israël, en Occident et parmi les organisations juives. Le journal à grand tirage iranien Hamchahri avait lancé la compétition en février dans l'intention de récompenser la meilleure caricature prenant pour sujet l'Holocauste.

Ce concours était une riposte à la publication de caricatures du prophète Mahomet dans un journal danois et d'autres titres de presse européens, qui avait suscité un mouvement de colère dans le monde musulman. (avec Reuters)

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Iran
commenter cet article

commentaires