Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 06:13

Claire Dana Picard
Le négationniste français Georges Theil, militant du Front national condamné à plusieurs reprises en France pour ses propos odieux concernant la Shoah, a participé à Téhéran au congrès organisé par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Il a déclaré mardi matin que la Shoah "était un immense mensonge". Il a ensuite ajouté avec aplomb : "Les Juifs ont été persécutés par les Nazis, c’est vrai, mais il n’y a pas eu de machines de destruction dans les camps et les chambres à gaz n’ont pas existé".

Un autre invité s’est fait remarquer à cette conférence. Il s’agit ni plus ni moins de l’ancien dirigeant du Ku Klux Klan, David Duke, qui a salué l’initiative du président iranien. Il a déclaré : "Il faut respecter la liberté d’expression. Il est scandaleux que la Shoah ne puisse pas faire l’objet d’un libre débat. Cela incite les gens à fermer les yeux concernant les crimes commis par Israël à l’encontre des Palestiniens".

Cette conférence de deux jours, qui a ouvert ses portes lundi matin, a été organisée par l’Institut iranien de recherches de politique internationale dépendant directement du ministère iranien des Affaires étrangères. Elle a eu lieu en présence de 67 "experts" délégués par une trentaine de pays. Dans certains Etats représentés à ce congrès, comme par exemple l’Autriche, l’Allemagne et la France, le négationnisme est considéré comme un délit sévèrement puni par loi.

Le directeur de l’Institut a ouvert les débats en déclarant que cette conférence "n’avait pas pour but de nier l'authenticité de la Shoah ni de prouver qu’elle avait eu lieu". Il a précisé que l’objectif de cette conférence consistait à "créer une atmosphère scientifique propice permettant aux chercheurs d’exprimer leur opinion sur cette question historique en toute liberté". Il a encore ajouté que le congrès "donnait l’occasion de débattre d’un sujet considéré comme tabou en Occident".

La tenue de cette conférence a suscité de nombreuses réactions indignées dans le monde. En Israël, Olmert l’a qualifiée, avant son départ pour l’Allemagne, de "phénomène infâme révélant la profondeur de la haine du régime iranien fanatique". Shimon Pérès, s’adressant à Paris à des étudiants, a déclaré qu’il s’agissait d’une "conférence de menteurs méritant toutes les condamnations".

La France, la Grande Bretagne, l’Allemagne et les Etats-Unis ont également dénoncé la tenue de ce colloque. Et le Vatican, dans un communiqué, a indiqué que "la Shoah était une tragédie révoltante" pour l’humanité devant servir d’avertissement pour les peuples et les inciter à respecter les droits de l’homme. Franco Frattini, vice-président de la Commission européenne, chargé de la justice, de la liberté et de la sécurité, a également fait part de son aversion. Il a déclaré qu’il dénonçait toute tentative visant à nier la Shoah.

Quant au Congrès juif européen, il a réclamé des sanctions contre le régime iranien pour avoir réuni des "pseudo-historiens" prêts à conforter des théories négationnistes en niant la réalité de la Shoah et l'extermination de six millions de Juifs.

Parallèlement au congrès de Téhéran se déroule à Berlin une conférence universitaire sur le souvenir de la Shoah. Les chercheurs participant aux débats ont examiné le génocide perpétré par les Nazis et se sont interrogés sur les motivations de l’Iran.

Le professeur Wolfgang Benz, directeur du Centre de recherche sur l’antisémitisme à la Technische Universität de Berlin a déclaré pour sa part que "ceux qui niaient la Shoah savaient pertinemment ce qui s’était passé mais voulait exploiter ces événements, par le biais du négationnisme, pour exercer leur influence sur d’autres questions et exprimer leurs positions antisémites contre Israël". Et de conclure : "Tout cela est politisé, il ne s’agit certainement pas de recherche universitaire".

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Iran
commenter cet article

commentaires