Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
21 décembre 2006 4 21 /12 /décembre /2006 06:25
Editorial du Haaretz - Traduction Rachel Samoul

Il est possible de se moquer des négationnistes à la conférence sur la Shoah à Téhéran comme l’historien Pr. Moshe Zimmerman l’a proposé. Il est aussi possible de considérer cette réaction comme un nouveau symptôme du syndrome de fatigue chronique qui a affecté l’Occident face à la montée de l’extrémisme islamiste.

 

Aussi longtemps que le monde arabe était uni contre un Etat sioniste et contre sa politique envers les Palestiniens, il était possible d’espérer que cette haine allait disparaître une fois ce conflit local résolu. Mais la conférence à Téhéran est encore un signe que le sentiment anti-israélien a tourné à l’antisémitisme déclaré.

Les appels répétés de l’Iran à l’éradication d’Israël, n’ont donné lieu qu’à des réactions de dégoût qui vont en s’affaiblissant avec le temps. Ces appels et la perspective d’un Iran nucléaire devraient générer un front actif et efficace dans le monde entier. Pourtant, ce problème devient graduellement uniquement le problème d’Israël.

Il est trop tôt pour dire que le monde reste silencieux devant la menace de destruction d’Israël, mais il n’est pas trop tôt pour dire que le monde est apathique et s’endort. La conférence de déni de la Shoah fait partie intégrante d’une politique étrangère de l’Iran, qui va de succès en succès cette dernière année, après que toutes les offres diplomatiques de l’Occident aient été poliment rejetées. L’apparition grossière du président Ahmadinejad à l’Assemblée générale de l’ONU, qui lui a donné une légitimité ; l’évaporation de la politique de sanctions ; et maintenant, l’affaiblissement de la promesse américaine de défendre Israël, comme l’a reflété le témoignage du nouveau Secrétaire à la Défense, Robert Gates ; le document Baker, dont l’essence est d’écarter l’Amérique du Moyen-Orient, et la faiblesse dont Israël a fait preuve dans sa guerre infructueuse contre le Hezbollah - tout cela procure un stimulant moral aux Iraniens.

Les inquiétudes engendrées par les déclarations d’Ehoud Olmert sur le programme nucléaire d’Israël sont marginales et insignifiantes comparées à l’ampleur de la menace à laquelle Israël doit faire face. La politique d’ambigüité n’est pas à l’ordre du jour et il se peut que les bénéfices de cette politique se soient épuisés depuis bien longtemps. Ce qui est d’actualité, c’est la guerre de survie qu’Israël doit mener contre cette menace ouvertement déclarée. Face à cet péril, tout le monde doit s’unir, y compris ceux qui croient, avec raison, que l’occupation israélienne doit finir rapidement et que les souffrances des Palestiniens minent la sécurité d’Israël plus qu’elles ne la renforcent.

Tout comme le président iranien ne trace aucun lien entre l’occupation et son désir d’anéantir l’existence d’Israël, le monde doit aussi considérer la lutte israélo-palestinienne et la menace que constitue l’Iran pour Israël comme des sujets séparés. Ahmadinejad ne reconnaît pas les frontières de 1967 - ni aucune frontière - pour un Etat juif. Il utilise la négation de la Shoah pour éradiquer le socle moral de l’existence d’Israël, et ne s’en cache pas comme l’a expliqué donnée le ministre des Affaires étrangères iranien, justifiant ainsi la nécessité de débattre du « mythe » de la Shoah immédiatement. Pour contrer cette démarche, il est nécessaire de créer un front moral, diplomatique, politique et même militaire - un front actif plutôt qu’endormi et apologétique, et qui rendra la discussion sur la destruction d’Israël dommageable pour les Iraniens, avant même toute discussion sur les objectifs de leurs capacités nucléaires.

Traduction Rachel Samoul Ambassade d’Israël en Belgique et au Luxembourg


http://www.haaretz.com/hasen/spages/800263.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Iran
commenter cet article

commentaires