Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
27 décembre 2006 3 27 /12 /décembre /2006 06:35

sur le site Alain Jean-Mairet
Le 24 décembre, le
Téléjournal de la Télévision suisse romande consacra deux séquences à la ville de Bethléem, où allait se dérouler la messe de la nativité. Dans la première, on apprend que la situation de la ville est désastreuse car elle souffre de la coupure avec sa voisine Jérusalem à la suite de la construction du mur de séparation voulu par le gouvernement israélien.

Aucune autre explication n’est avancée ou seulement évoquée pour expliquer «la situation la plus noire de l’histoire» de la ville et son «climat d’extrême tension». Puis la parole est donnée à un correspondant sur place qui parle de «l’union entre Chrétiens et Musulmans» et de la visite prochaine de Mahmoud Abbas à l’Église de la Nativité.

Passage à la deuxième séquence: un reportage auprès d’une famille chrétienne de Bethléem. Le présentateur indique que les Chrétiens de Bethléem souffrent de la situation économique difficile (dont nous venons d’apprendre qu’elle serait causée par le mur israélien), sont «victimes de l’occupation israélienne» et, en dernier lieu, font «face à l’hostilité des Musulmans». Le commentaire indique une nouvelle fois les raisons de l’exil des Chrétiens de la région: la crise économique, le «conflit sans fin avec Israël qui les prive de leur liberté de circulation et menace leur sécurité» et «enfin, les relations de plus en plus tendues avec les Musulmans».

Pas un traître mot sur le terrorisme, la propagande incessante niant la légitimité de l’État d’Israël, la culture de haine, la promotion du racisme et de l’antisémitisme, l’incitation à la guerre promue dans les écoles des territoires palestiniens. Sur tout ce qui a rendu vitale pour les Israéliens la présence de la clôture de sécurité. Ou faudrait-il vraiment que les Israéliens se privent de protection contre des tueurs suicidaires pour ne pas risquer de compromettre la santé économique de ses voisins? Une santé économique qui dépend, rappelons-le tout de même, à peu près uniquement d’Israël.

Ainsi, à en croire la TSR, les problèmes des Chrétiens de Cisjordanie proviennent essentiellement d’Israël. Pour les gens qui prennent leurs renseignements à cette seule source, ou qui la considèrent comme une source particulièrement digne de confiance, avec quelque raison, puisque la loi l’oblige en principe, en matière d’information, à proposer des programmes qui représentent fidèlement les événements. Ils reflètent équitablement la pluralité de ceux-ci ainsi que la diversité des opinions.

il est évident que le problème de ces gens est Israël, et que les Musulmans causent tout au plus quelques désagréments.

Et comme cette attitude, ces omissions de la part du service d’information de la TSR ne sont pas vraiment des cas isolés, comme l’indique un
examen approfondi des convictions des principaux responsables de l’information à la TSR, il devient de moins en moins difficile, dans le public suisse romand, d’émettre des opinions défavorables à Israël et de plus en plus acceptable de faire certains amalgames entre Israéliens et Juifs. Et c’est ainsi que, sans racisme conventionnel, sans discours haineux, sans diatribes assassines, simplement à force d’omissions de plus en plus subtiles, les médias pourtant en principe les plus surveillés contribuent à répandre l’antisémitisme moderne, aujourd’hui d’origine essentiellement musulmane.

Le phénomène trouve une autre racine très porteuse dans certaines organisations qui se sont forgé une bonne réputation en d’autres temps. Amnesty International, par exemple, qui a lutté autrefois avec vaillance et des budgets très modestes pour toutes les victimes (parfois toutefois avec une certaine exagération, comme pour les membres de bande à Bader) et qui aujourd’hui, avec une patronne  musulmane et des budgets de plusieurs dizaines de millions de dollars, sert volontiers de porte-voix à des discours victimaires bien précis. Ainsi, voici la traduction française d’une lettre adressée aujourd’hui, le 26 décembre 2006, à Mme Kahn, la secrétaire générale d’AI, par la Communauté juive de Hébron:

Madame,

L’objectif affiché d’Amnesty International consiste en la «vision d’un monde dans lequel toute personne jouirait de l’ensemble des droits inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et les autres normes internationales relatives aux droits humains».

Nous ne pouvons donc qu’exprimer notre plus profonde consternation en constatant que, lors de votre récent séjour à Hébron (décembre 2006), vous n’avez pas jugé utile de rendre visite à la communauté juive de Hébron et de vous entretenir avec des représentants de cette communauté.

Comme vous le savez, la communauté juive de Hébron remonte à l’Antiquité et a maintenu une présence sur place pendant des milliers d’années. En août 1929, 67 Juifs y ont été massacrés et plus de 70 y ont été blessés par leurs voisins arabes. Les survivants ont été expulsés de la ville. Des hommes, des femmes et des enfants ont alors été abattus, violés, brûlés, torturés. L’ancien quartier juif a été détruit et ses lieux saints ont été profanés.

Il y a quelque 25 ans, la communauté juive de Hébron a été recrée dans des parties des quartiers juifs détruits et des familles juives sont revenues vivre dans des maisons juives à la suite de cessions de droits de propriété à la communauté par les propriétaires de l’époque.

La communauté juive de Hébron a énormément souffert des attaques constantes de terroristes arabes appartenant à diverses organisations terroristes. Vous semblez hélas vouloir ignorer cette situation et avoir décidé de considérer Hébron sous un angle très partisan, ne soutenant qu’une seule partie impliquée et ignorant de ce fait les droits humains et les souffrances des résidents juifs de la ville.

Vous écrivez ainsi «les mouvements de dizaines de milliers de résidents palestiniens dépendent entièrement des décisions des soldats israéliens. Souvent, les résidents palestiniens sont placés sous couvre-feu, lequel ne s’applique pas aux 500 colons israéliens vivant dans la zone.»

Cela est faux. Une majorité écrasante de Hébron et des résidents arabes de Hébron sont régis par l’Autorité palestinienne. Les Arabes ont librement accès à la ville entière, tandis que les Juifs n’ont accès qu’à quelque 10% de Hébron. Les Arabes de Hébron n’ont pas connu de couvre-feu depuis des années. Des couvres-feux n’ont été imposés que pendant des attaques terroristes massives dans le région. Sans terrorisme, il n’y a pas de couvre-feu.

Vous écrivez également que «des treillis ont été disposés au-dessus des ruelles étroites séparant les colons juifs des boutiques des Palestiniens afin d’empêcher les colons de jeter des objets et des excréments aux Palestiniens et aux visiteurs internationaux».

Mais peut-être que ces treillis ont été mis en place plutôt pour empêcher des Arabes de jeter des pierres, des grenades et des bombes dans les domiciles des Juifs, ou pour empêcher des terroristes de s’introduire trop aisément dans les quartiers juifs?

Vous poursuivez en disant que «notre visite est volontairement brève car il n’est pas prudent de séjourner dans la zone après le coucher du soleil».

Mais pourquoi n’est-il pas prudent de séjourner ici dans le noir? De qui avez-vous peur? Qui vous a dit que la nuit est dangereuse à Hébron? Quand un Arabe a-t-il été abattu ou attaqué par des Juifs à Hébron, de jour ou de nuit, pour la dernière fois?

Nous protestons avec énergie contre la description de votre visite à Hébron, contre vos conclusions si hâtives et contre le fait que vous refusiez de rencontrer des représentants de la communauté juive de Hébron pour discuter de ces questions avec eux. Si vous deviez décider de poursuivre la «vision» d’Amnesty susmentionnée et d’examiner objectivement les problèmes actuels de Hébron, nous serions très heureux de vous rencontrer afin de vous montrer, sur place, les difficultés que doivent affronter quotidiennement les Juifs de Hébron.

Il serait souhaitable qu’Amnesty International reste une organisation neutre et objective et n’agisse pas de manière irresponsable, en tirant des conclusions avant d’avoir examiné soigneusement les faits et d’avoir entendu toutes les parties.

Sincèrement,

Noam Arnon   David Wilder
Porte-parole
Communauté juive de Hébron
Case postale 105, Kiryat Arba 90100 Israël
972-2-9965333
hebron@hebron.org.il 

Il est ironique, et symptomatique, que cette lettre adressée à une fonctionnaire internationale de premier plan prise en flagrant délit de condamnation arbitraire d’une communauté minoritaire agressée par des terroristes revête la forme d’un simple courriel public et soit traduite gratuitement par un simple internaute.

C’est probablement dû au fait que les partisans occidentaux du rêve communiste n’ont pas disparu, ni tous compris leur erreur, avec la chute de l’Union soviétique. Ils se sont naturellement groupés dans les organismes où leur habitude des mensonges communistes facilitait leur carrière.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Articles
commenter cet article

commentaires