Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
29 décembre 2006 5 29 /12 /décembre /2006 06:20
Par AP & Le Jerusalem Post

L’Egypte a transféré mercredi 27 décembe une large quantité d’armes et de munitions aux services de sécurité de l’Autorité palestinienne dans la bande de Gaza, avec l’autorisation israélienne.

 

La décision du gouvernement d’approuver le transfert a pour but de renforcer les milices affiliées au Fatah de Mahmoud Abbas, dans le cadre de la poursuite des violences entre Fatah et Hamas. Différents membres de groupes armés du Fatah se sont en effet plaints à plusieurs reprises ces dernières semaines de leur désavantage en matière de munitions, en comparaison avec le Hamas.

2 000 fusils automatiques, 20 000 munitions et deux millions de balles ont donc été remises mercredi soir entre les mains des forces de sécurité du Fatah dans la bande de Gaza, conformément à la décision prise lors de la rencontre du Premier ministre Ehoud Olmert et du président Abbas, samedi soir dernier. C’est la première fois qu’Israël autorise un transfert d’armes à Gaza depuis presque six mois.

Avec la bénédiction des Etats-Unis, les armes ont été transférées depuis l’Egypte via le point de passage de Kerem Shalom. Quatre camions d’armes, escortés par la police militaire, ont passé le passage de Karni et remis leurs cargaisons aux personnel de l’AP.

Le député Youval Steinitz (Likoud) a qualifié cette décision de "grossière erreur. "Des soldats de Tsahal et des civils israéliens vont être tués avec ces mêmes armes", a-t-il averti sur les ondes de la radio de l’armée. "Nous n’avons pas encore eu la preuve qu’Abbas est déterminé à prévenir le terrorisme, et il y a de grandes chances que ces armes soient utilisées contre [nos] soldats."

"La décision israélienne d’autoriser un transfert d’armes au Fatah montre que le gouvernement a changé sa façon de penser et envisage la situation en termes plus complexes", a jugé le général (réserviste) Yochanan Tzoref.

Alors que le Fatah pourrait être défavorisé en ce qui concerne son arsenal dans la lutte contre le Hamas, le réel défi que le parti de Mahmoud Abbas se doit de relever est de reconquérir l’opinion palestinienne, a-t-il cependant ajouté.

"Le Fatah doit entamer un processus interne qui va le renforcer et lui permettra de lutter contre le Hamas dans le coeur du peuple", a expliqué Tzoref.

Cette livraison n’a pas été officiellement confirmée par Israël, les Palestiniens ou encore l’Egypte. Saeb Erekat, porte-parole d’Abbas, a refusé de commenté l’opération, tout comme la porte-parole d’Olmert et le ministère de la Défense.

En outre, le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Aboul-Gheit était en visite en Israël mercredi pour discuter des différents moyens de négocier la libération du caporal Gilad Shalit. Il a affirmé, lors d’une conférence de presse avec la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, être persuadé que Shalit soit en vie.

Olmert doit s’entretenir jeudi avec des officiels de la sécurité au sujet de la requête d’Abbas qu’Israël libère des détenus palestiniens avant la fête de l’Id Al-Adha dimanche, en signe de bonne volonté.

Gheit a insisté sur le fait que la relâche de prisonniers est cruciale pour Abbas, et l’aidera à prendre avantage sur le Hamas.

La visite d’Aboul-Gheit avait également pour but de préparer la rencontre prévue la semaine prochaine entre Olmert et le président Hosni Moubarak à Charm el-Cheikh.

Mahmoud Abbas a de son côté profité d’un déplacement au Caire pour proposer l’ouverture de négociations "en coulisses" avec Israël sur la question du statut final des "territoires". "C’est le bon moment pour parler sérieusement de cette question", a-t-il dit à des journalistes, après s’être entretenu avec le président Moubarak.

Le dirigeant palestinien n’a pas expliqué les raisons pour lesquelles il proposait des pourparlers à l’écart de la scène médiatique
.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Articles
commenter cet article

commentaires