Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 06:15
http://paris1.mfa.gov.il/

(Cliquez pour agrandir)

Faire un bilan de la situation en Israël n’est pas une mince affaire : il semble en effet qu’au Proche-Orient les années aient une densité sans égal, les événements cruciaux succédant sans délai aux périodes tragiques, la vigueur israélienne alternant avec des périodes d’abattement.

 

En Novembre 2005, Ariel Sharon était Premier ministre et il formait un nouveau parti centriste, Kadima, une révolution dans le paysage politique israélien. A peine deux mois plus tard, le 4 janvier 2006, il était frappé par une attaque cérébrale qui le laisse aujourd’hui encore dans le coma (suivre le bilan de son état de santé). Dans la foulée, en Janvier 2006, le Hamas remporte les élections dans les territoires palestiniens et sa vraie nature s’étale aux yeux du monde, qui décide alors de suspendre ses aides directes afin de ne pas se faire le financeur du terrorisme et de l’extrémisme. En Mars 2006, c’est au contraire la modération qui l’emporte en Israël lors des élections législatives : le parti Kadima est élu, Ehud Olmert devient Premier ministre et forme une coalition avec le parti Travailliste. Shimon Pérès est vice-Premier ministre, et le syndicaliste Amir Peretz ministre de la Défense.

En toile de fond, sans discontinuer, il y a également des tirs incessants de roquettes Qassam sur Israël depuis la bande de Gaza, territoire entièrement évacué par Israël en Août 2005. C’est sans doute la seule chose qui reste constante, malheureusement. Plus de 1300 roquettes ont arrosé Israël depuis ce désengagement, visant délibérément les civils israéliens, faisant 10 victimes civiles en Israël et des centaines de blessés.

Les provocations sont allées crescendo : deux attaques consécutives en territoire israélien, l’une en Juin par le Hamas, au Sud, l’autre en Juillet par le Hezbollah, au Nord. 

Le dimanche 25 juin, au cours d’une infiltration et d’une attaque par des terroristes dans la zone du kibboutz Kerem Shalom (à l’ouest de Beer Sheva, tout proche de la pointe sud de la bande de Gaza), 2 soldats de Tsahal ont été tués - Hanan Barak, 20 ans, et Pavel Slutzker, 20 ans - un soldat a été enlevé - Gilad Shalit, 19 ans - et 4 autres ont été blessés, dont un grièvement.

Israël déclenche l’opération « pluie d’été » le 28 juin 2006 pour tenter de libérer le caporal Gilad Shalit et de faire cesser les tirs de roquettes Qassam.

Le 12 juillet 2006, moins de trois semaines plus tard, c’est cette fois-ci le Hezbollah qui s’infiltre en Israël, tue 8 soldats et en kidnappe 2 autres : Ehud Goldwasser (31 ans) et Eldad Regev (26 ans). Simultanément, l’organisation terroriste chiite bombarde des localités israéliennes proches de la frontière. 

Tsahal riposte et l’opération portera le nom de « Changement de direction ». C’est en fait une véritable guerre qui éclate entre Israël et le Hezbollah entre le 12 juillet et le 14 août 2006, date de l'entrée en vigueur du cessez-le-feu sous l’égide de l’ONU.

Bilan : plus de 3970 roquettes et missiles ont été tirés par le Hezbollah sur Israël, dont 901 sont tombés sur des zones urbaines. Israël déplore 160 morts (43 civils et 117 soldats), des milliers de blessés, des centaines de bâtiments détruits ainsi que d'autres dommages matériels importants.

Les bombardements par le Hezbollah de la population civile du nord d'Israël durant un mois ont endommagé 6000 immeubles, provoqué les déplacements de 300.000 habitants et obligé plus d'un million de personnes à vivre dans les abris. Presque un tiers de la population israélienne – plus de 2 millions de personnes – était directement exposé à la menace des missiles. 

Malgré tout, le Hezbollah a été affaibli, l’armée libanaise a pour la première fois depuis 30 ans reconquis le Sud de son pays, les bases de missiles longue portée du Hezbollah ont été détruites par Tsahal, et une grande partie de son corps d’élite décimé. Enfin, une FINUL II au Sud-Liban a été mise en place par l’ONU, obligeant le Hezbollah à se terrer plus encore. Malheureusement, le transfert d’armes via la Syrie a repris, avec le soutien actif de l’Iran (Lire « Le Hezbollah comme bras stratégique de l’Iran »).

E
n Israël, cette guerre a laissé un goût amer, et nous vivons une période cruciale de réévaluation, sur fond de crise politique et militaire. De nombreuses commissions sont chargées d’évaluer les dysfonctionnements qui ont eu cours lors de cette guerre. Mais ce qui pourrait être perçu comme un affaiblissement est aussi notre force : la force de se remettre en question et d’évoluer.

L’autre vigueur d’Israël, c’est sa société qui, envers et contre tout, déborde de vitalité. Notre économie connaît depuis trois années consécutives une croissance supérieure à 3%, avec une pointe à 5,2% en 2005. En 2006, la croissance a finalement atteint 5%. Les exportations ont augmenté de 9,5%, dépassant pour la première fois les importations, et la balance des paiements a atteint un solde positif de 3,9 milliards de dollars. Les investissements étrangers en Israël ont été 2,4 fois plus importants qu’en 2005, atteignant 23,7 milliards de dollars.

La culture, les arts, la créativité aussi ont été débordants en 2006, et nos artistes israéliens ont largement su conquérir les cœurs à l’étranger. Le cinéma israélien poursuit sa percée impressionnante et continue de se distinguer dans les festivals internationaux. L'orchestre philharmonique d'Israël a célébré son 70ème anniversaire en Décembre 2006, sous la direction exceptionnelle de Zubin Mehta.

La recherche et le développement sont toujours aussi florissants et Israël a le taux le plus élevé d’ingénieurs au monde. La coopération internationale, les programmes d’échange et la participation à des projets conjoints sont une priorité d’Israël. La France occupe le 4e rang de ses partenaires scientifiques. Le Haut Conseil pour la coopération scientifique et technologique entre la France et Israël a été créé en 2004, et vient encore stimuler cette coopération.

D
ans le domaine de la coopération internationale, Israël n’a pas failli et parmi ses actions en 2006, on notera : la coopération Vietnam-Israël dans l'agriculture et le financement d’un centre médical ; l’envoi d’une équipe de sauvetage au Kenya suite à l’écroulement d’un immeuble ; un don au PAM (Programme Alimentaire Mondial de l’ONU) dans le but de lutter contre la famine en Afrique ; l’envoi d'aide en Côte d'Ivoire après la catastrophe écologique et humaine causée par le déversement de déchets toxiques à Abidjan ; la venue en Israël d’une délégation de médecins et de personnels de santé éthiopiens pour être formés à traiter plus efficacement les malades du SIDA ; l’envoi d’aide au Darfour via le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU) etc.

Par ailleurs, le Centre de Coopération International israélien (Machav) a continué de dispenser de nombreuses formations pour les pays en développement.

Israël a accueilli, en Novembre 2006, 200 spécialistes venus de 30 pays différents pour un colloque international sur la désertification soutenu par l’ONU. Ce même mois, l’Iran d’Ahmadinejad accueillait sur son sol un concours de caricatures sur la Shoah.

L
e 26 novembre 2006, jour où Ehud Olmert prononce un discours de paix (« Je tends ma main à nos voisins palestiniens »), Israël et l’Autorité Palestinienne incarnée par son Président Mahmoud Abbas ont déclaré un cessez-le-feu. Depuis ce cessez-le-feu, plus de 60 roquettes Qassam ont explosé en Israël qui a maintenu malgré tout sa politique de retenue. 

En Décembre 2006, le président iranien convoque le « gratin » des négationnistes et des révisionnistes pour une « conférence » que le monde entier désapprouvera, y compris des hommes et des femmes dans le monde arabe. A la haine d’un côté répond un pas vers la conciliation : le 23 décembre, le Premier ministre Ehud Olmert et le Président palestinien Mahmoud Abbas se rencontrent à Jérusalem, dans la résidence du premier. Ils décident de certains accords et conviennent de restaurer des relations de confiance pour cheminer vers la paix. 

Malgré une année péniblement engagée, malgré une année ternie par nos morts et l’absence prolongée de nos 3 soldats otages, c’est donc sur cette note optimiste, sur cette volonté d’aller de l’avant pour nous-mêmes et pour le bien du monde en général, que nous avons terminé l’année civile 2006.

Et nous travaillerons pour que 2007 ouvre la voie à la paix et au bien-être de tous les peuples, à commencer par les Israéliens et les Palestiniens, car nous n’avons d’autre ambition que de construire un monde meilleur où chaque nation a sa place.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Articles
commenter cet article

commentaires