Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 06:25

Pierre Lefebvre © Primo Europe,

"Les services de renseignement ont abattu un terroriste appartenant à Al Qaïda et en ont arrêté un autre dans le quartier de Moutlaa, à Irbid", rapporte l'agence de presse jordanienne Petra. L'homme abattu se nomme Souleïman al Andjadi, Jordanien d'origine palestinienne, et son complice, qui a été arrêté, est Ramadan al Mansi, également de nationalité jordanienne.

Les services de sécurité surveillaient depuis un certain temps ce groupe, qui préparait des attentats en Jordanie, ajoute-t-on de même source. La Jordanie est, avec la Tunisie, un des pays les plus fragiles et les plus exposés à une déstabilisation venue de l'islamisme radical.

En Jordanie est basée également l’une des réserves en hommes la plus importante pour le Fatah. Il y a quelques mois, Mahmoud Abbas avait menacé de la faire revenir dans les Territoires afin de l’aider dans son combat contre le Hamas. Parmi cette petite armée entretenue à grands renforts de fonds dont la provenance reste inexpliquée, il y a la force Bader.

Plusieurs pays arabes, tous sunnites, viennent de demander à Israël de bien vouloir autoriser l’entrée de ces Brigades Bader pour éviter une éventuelle guerre civile dans la bande de Gaza, a-t-on appris dimanche de source palestinienne.

Une guerre civile entre Palestiniens risque de compliquer la situation et les rapports de force entre Sunnites (Hamas) et Chiites (Hezbollah), deux ennemis irréductibles d’Israël, le si évident et si commode responsable de tout.

Les grandes manœuvres afin de contrecarrer durablement l’influence chiite au Proche Orient semblent recueillir l’assentiment des puissances régionales depuis quelque temps. Les avertissements du roi Abdallah II de Jordanie sur une influence accrue de Téhéran dans les communautés chiites en Irak, en Syrie, au Liban et en Jordanie inquiètent les Occidentaux.

Depuis cet automne, les Etats Unis préparent les troupes palestiniennes fidèles à l'OLP. Le lieutenant-Général Keith Dayton a déclaré au journal israélien, Yedioth Ahronoth, que l'Iran aidait à armer et à financer le Hamas, et que les Etats-Unis voulaient empêcher "les forces modérées" d'être éliminées des territoires palestiniens."Nous sommes impliqués dans la préparation de la garde présidentielle, nous la formons, nous l'aidons à se constituer et nous leur donnons des idées".

Israël, lui, est bien placé pour savoir que, Chiites ou Sunnites, les musulmans ne veulent pas d’une présence juive au Moyen Orient. Et que les trêves à répétition se sont toujours révélées être de bonnes occasions de renouveler les forces dans l’attente de la grande bataille d’éradication.

Si les chiites ont passé un accord de fait avec les Américains en Irak, cette alliance ne saurait cacher les immenses difficultés que pourraient, à terme, receler ces alliances contre nature. Le calcul américain (et européen par un courageux silence) pourrait s’avérer dangereux. L’allié circonstanciel d’un jour n’en fait pas un ami à vie.

Quelque 3 000 personnes ont défilé vendredi dans les rues d'Amman pour protester contre l'influence des Américains et des musulmans chiites dans le monde arabe, au cours d'un rassemblement pro-Saddam Hussein.

Les manifestants, des musulmans sunnites pour la plupart, ont accusé l'Iran d'être impliqué dans la pendaison de l'ancien dictateur irakien, exécuté samedi à Bagdad.

"Mort à l'Amérique et à l'Iran", ont scandé les protestataires, partis d'une mosquée du centre de la capitale jordanienne, en brandissant des pancartes à l'effigie de Saddam Hussein et en agitant le drapeau irakien.

"Exécuter Saddam est un crime odieux et il est évident que l'Iran se trouve derrière son assassinat", a déclaré un manifestant, Bassam al-Qadoumi, faisant ainsi écho aux craintes présentes dans le monde arabe que les violences intercommunautaires en Irak illustrent une stratégie de l'Iran, puissance chiite, destinée à étendre son influence dans la région.

Les protestataires en Jordanie ont juré de venger la mort de Saddam Hussein en s'en prenant à l'imam radical chiite Moqtada al-Sadr, soutien du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki. Ils ont aussi accusé le Hezbollah chiite libanais d'être à la botte de Téhéran.

Pour toutes ces raisons, Israël n’est pas pressé de faire entrer, sans conditions et à quelques kilomètres de Jérusalem, des troupes palestiniennes fraîches et bien armées.

Il a donc pour l’instant rejeté plusieurs demandes relatives à l'autorisation de l'entrée de ces forces dans la bande de Gaza, malgré l'insistance d'Amir Peretz. Il n'est pas dit que ces atermoiements puissent durer encore longtemps.

Ces derniers mois, le Premier ministre israélien Ehud Olmert a présenté un ensemble de conditions pour approuver le droit du passage de la brigade, demandant à cette dernière d'empêcher les attaques à la roquette lancées par les terroristes palestiniens sur Israël.

Mais rien ne dit que ce soit la priorité du président Abbas pour l’instant. Malgré les bonnes déclarations, il a tout intérêt, lui aussi, à garder un fer au feu. Et ces tirs de roquettes sur Sdérot, prochainement sur Askelon si le Djihad Islamique perfectionne sa fabrication maison, permettent au président palestinien de conserver, paradoxalement, la main sur toute négociation.

Des civils israéliens en paieront le prix. Le pragmatisme en politique interdit toute effusion de bons sentiments mais se satisfait pleinement de l’effusion de sang.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Articles
commenter cet article

commentaires