Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 06:11
Bertrand Ramas-Muhlbach

Azmi Bishara, député arabe israélien de la Knesset s’en est une nouvelle fois pris vigoureusement à l’Etat d’Israël dans un article publié le 7 août 2006 dans le journal Al Ahram Weekly sous le titre "When the skies rain death" (lorsque le ciel sème la mort).
Dans ce document, Azmi Bishara, qui se présente non pas comme député « israélien » mais « palestinien », qualifie à deux reprises, l’Etat d’Israël « d’Etat terroriste ».

D’ailleurs, Selon lui, « l’Etat terroriste d’Israël » est soutenu par un autre Etat terroriste qui a « à sa tête Georges Bush, un homme sadique et violent, très dangereux, entouré d’une bande de Machiavels froids et calculateurs adeptes du terrorisme d’état ».

Cet article (consultable sur Internet) est intéressant à un double titre : tout d’abord Azmi Bishara se positionne sur le terrain religieux en présentant la société israélienne comme diabolique, vouant un culte à la déesse moderne qu’est l’avion de combat (I). Par ailleurs, l’auteur développe sans détour un thème qui lui est particulièrement cher, à savoir l’illégitimité de l’Etat d’Israël (II).

I/ LA DIABOLISATION DE L’ETAT D’ISRAEL A TRAVERS LE CULTE VOUE A L’AVION DE COMBAT

Le thème de l’article "When the skies rain death" porte sur l’utilisation par Israël des F15 et des F16 dans la guerre engagée au Liban en juillet 2006 et plus précisément sur le déséquilibre des forces entre l’Etat d’Israël, doté d’avions de combat et le Liban qui en est privé.

Toutefois, et bien qu’il s’agisse d’une condamnation du déséquilibre des forces armées, le texte se positionne en partie sur le terrain religieux en assimilant l’avion de combat à une déesse moderne (1°). L’auteur fustige au passage la société israélienne dont les membres sont dénués de toutes valeurs morales (2°).

1° L’avion de combat assimilé à une déesse moderne

Né à Nazareth en 1956 au sein d’une famille arabe chrétienne, Azmi Bishara est membre de la Knesset depuis 1996 et chef du parti arabe israélien Balad (parti national démocratique).

Bien que défenseur de valeurs communistes, laïques et athées, Azmi Bishara sait, opportunément, parsemer ses textes de références religieuses.

Ainsi, l’avion de combat utilisé par l’Etat d’Israël est il comparé (dans le texte), à la déesse d’un système amoral et dénué de tout sens éthique puisque la technologie sophistiquée est exclusivement employée au « ciblage mortel et à la destruction chirurgicale ».

Bien évidemment, cette déesse dispose d’un sanctuaire puisque son lieu de repos ou de fabrication (« usines, hangars et lieux d’assemblage ») est judicieusement comparé à des « vastes et spacieuses cathédrales ».

L
e contexte est alors posé pour placer son propos sur le terrain de la guerre des religions entre les civilisations matérialistes (et fatalement immorales) et les autres puisque la déesse moderne entend conserver « sa supériorité sur les dieux des autres pays ».

La religion nouvelle n’en est pas pour autant vertueuse puisque l’avion de combat fait que « l’immoral devient moral » et plane au-dessus du bien et du mal, « en déesse assoiffée de sacrifices ».

L’auteur quant à lui s’interroge sur le point de savoir si les victimes de ces avions éprouvent « la douleur d’une crucifixion » avant de sombrer dans le néant alors qu’elles n’ont aucune chance face à la déesse « qui erre au paradis »,

Ce faisant, la démarche du député est tout à fait subtile.

Le texte distille le message classique selon lequel le peuple juif, dénué de toutes valeurs morales, se crée une religion centrée sur la destruction du monde arabe injustement victime de ses coups.

2° La diabolisation de l’Etat d’Israël

Le texte qui débute par l’affirmation selon laquelle Israël est un état terroriste termine par l’évocation de sa logique diabolique.

Selon l’auteur, l’absence de valeurs morales de la société israélienne est le résultat d’une société consumériste qui a ôté tout sens éthique aux individus.

La société immorale israélienne s’appuie sur d’autres états (les Etat Unis) développés sur le plan industriel mais injuste bien que se prétendant égalitaire.

D’ailleurs, les employés qui contribuent à la fabrication de ses avions sont comparés aux allemands de la seconde guerre mondiale puisqu’ils sont « une élite, le haut du panier, les élus, la nouvelle race aryenne » ce qui permet au passage de conférer définitivement aux arabes, le statut de victime expiatoire tout comme les juifs auraient pu l’être à une autre époque.

La société israélienne apparaît ainsi parfaitement déshumanisée et les pilotes de retour à la base, insensibles aux dégâts occasionnés se contentent d’annoncer que « la mission est accomplie » et plaisantent avec les autres pilotes « et le personnel féminin de la base » (autre signe de la décadence de la société)...

En tout état de cause, le système israélien génère des individus monstrueux, fruit d’une civilisation dont les soldats, adepte de la croyance nouvelle, ont le droit de tuer sans que les autres n’aient ce droit...

Bien évidemment, le propos d’Azmi Bishara relève de la plus parfaite mauvaise foi et jamais il ne s’interroge sur les dégâts occasionnés par les Katiouchas dont l’envoi s’opère, selon lui, dans le cadre de l’exercice du droit à résister.

Sûrement, doit il considérer comme Hassan Nasrallah, que les enfants arabes d’Israël tombés sous les missiles du Hezbollah sont des martyrs de la « guerre contre les infidèles ».

II/ LA SOIT-DISANT ILLEGITIMITE DE L’ETAT D’ISRAEL

Bien que relevant du sophisme, la démonstration de l’immoralité de la société israélienne par Azmi Bishara présente une seconde utilité : essayer de démontrer que l’Etat d’Israël est illégitime.

Tout en injuriant l’Etat d’Israël, l’auteur cultive la frustration du monde arabe en relatant certains événements ayant entouré la naissance de l’Etat (1°).

L’Etat d’Israël pourrait profiter de l’occasion pour opposer sa légitimité et son honneur à travers des dispositions empêchant les atteintes aux intérêts supérieurs de la nation juive (2°)

1° la frustration du monde arabe

Azmi Bishara n’est pas tendre avec l’Etat qui le rémunère en tant que parlementaire.

Il évoque « le pouvoir destructeur qui les remplit de fierté », « l’horreur des crimes commis par Israël », « la folie israélienne », « le recours pour effectuer la besogne à des enfants gâtés appartenant à « la bonne religion » avec le cœur penchant pour le style de vie consumériste américain » et enfin, le caractère diabolique de l’Etat d’Israël.

Selon Azmi Bishara, il est une certaine constance dans le fonctionnement de l’Etat hébreu puisqu’en 1948, l’Etat s’est construit en « prenant des civils pour cibles » en les déplaçant de force et en volant leur terre.

L’entreprise s’est poursuivie par l’unité 101 conduite par Ariel Sharon (années 1950), qui a attaqué des villages, fait sauter des maisons et abattu les habitants.

Tout ceci permet de conclure une fois encore, que l’Etat d’Israël est bien un état terroriste et qu’implicitement, les israéliens, dénués de toutes valeurs morales n’ont aucun droit à se maintenir sur la terre.

Ainsi, il n’existerait aucune dialectique transcendantale dans l’avènement de l’Etat Juif et la présence des juifs dans cet endroit du monde ne serait que le fruit d’une usurpation.

La tradition démocratique de l’Etat d’Israël ne devrait permettre que soient répandus de tels propos attentatoires à son honneur et à celle de la nation juive toute entière.

Sûrement, en marge de son combat contre le terrorisme, l’Etat d’Israël serait il bien inspiré de cesser de « nourrir » les ressortissants de l’Etat qui n’appelle qu’à sa disparition, au moyen de mesures adaptées.

2° la nécessité de sanctionner les atteintes aux intérêts supérieurs de la nation juive.

L’Etat d’Israël ne devrait pas tolérer de tels abus de langages et financer le train de vie de tels parlementaires qui salissent son honneur.

Pourquoi ne pas s’inspirer de l’exemple de pays démocratiques tels la France qui déchoit de la nationalité celui qui s’est livré au profit d’un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de français et préjudiciables aux intérêts de la France (article 25 Code civil).

De même, la France a su expulser de son territoire le 21 avril 2004 Abdelkader Bouziane, imam de Vénissieux qui avait affirmé que le Coran autorisait un musulman à battre sa femme.

Cette expulsion est intervenue en dépit des attaches fortes de l’imam avec la France puisque l’intéressé y vivait depuis 25 ans et que sur ses 16 enfants, 14 étaient français.

La solution doit être identique pour Azmi Bishara qui s’est fait remarqué à de nombreuses reprises pour ses positions anti israélienne tels en février 2002, où son attitude a débouché sur l’ouverture d’un procès pour sortie illégale du territoire (déplacement en Syrie) et ses propos de soutien à la résistance palestinienne et du Hezbollah tenus à Damas et Oum el Fahm.

De même, en février 2004, 2 adhérents actifs du parti arabe Balad ont été recrutés par le Hezbollah pour commette des attentats suicides en Israël : Djassan Atallama, 41 ans, secrétaire de Balad à Nazareth et son frère Sarhan, 25 ans, également membre du parti, qui ont été poursuivis pour complicité avec l’ennemi en temps de guerre, de contact avec un agent de l’ennemi et de participation aux activités d’une organisation terroriste.

L’Etat d’Israël ne devrait plus accepter les atteintes à son intégrité et à sa souveraineté et user de ses prérogatives de puissances publiques pour empêcher la propagation de messages incitant à la haine inter communautaire.

Le retrait de la nationalité israélienne et l’expulsion du territoire d’Azmi Bishara lui permettraient de poursuivre sa propagande dans l’endroit du monde qui lui convient et les sommes versées en sa qualité de parlementaire pourraient être redistribuées à un fond destiné à aider les victimes israéliennes de Katiouchas, tombés au cours de l’été 2006.



lundi 7 août 2006 (23h28) :

Azmi Bishara : Lorsque le ciel sème la mort

de Azmi Bishara député palestinien à la Knesset

Israël est un état terroriste. La logique diabolique de cet état est activement supportée par un autre état terroriste qui a à sa tête Georges Bush.

L’avion de combat est la quintessence de la civilisation moderne, la déesse moderne. la neutralisation de toutes les valeurs et morales.

En lui converge le laser, la micro-optique, la microélectronique et les hautes technologies en aérodynamique, tout ceci aboutissant au ciblage mortel et à la destruction chirugicale.

Il est hygiénique et ultra-précis et ses usines, hangars et lieux d’assemblage sont aussi vastes et spacieux que des cathédrales.

Ces avions ne peuvent être pilotés que par des individus hautement qualifiés.

Ils sont à la fois le produit d’un individualisme absolu et d’un travail collectif institutionnalisé. Les employés qui contribuent à sa la nouvelle race aryenne.

Comme toute déesse d’une société consumériste, l’avion de combat à conserver sa supériorité sur les dieux des autres pays.

L’avion de combat fait que l’immoral devient moral. Il plane au-dessus du bien et du mal, en déesse assoiffée de sacrifices.

Toutes les victimes entendent le cri perçant du missile qui arrive. Peut-être éprouvent-ils la douleur d’une crucifixion avant de sombrer dans le néant.

. Les enfants sont réduits en pièces, ou enterrés sous les décombres des immeubles qui :

. « Mission accomplie », dit le pilote à sa base

Il va prendre un café à la cafétéria, échange des plaisanteries avec les autres pilotes, avec le personnel féminin de la base et avec les mécaniciens qui vont faire en sorte que son avion soit prêt pour une nouvelle sortie mortelle.

Les peuples du monde se divisent entre ceux qui disposent et ceux qui ne disposent pas de F-15 et F-16. Ceux qui en disposent se divisent aussi entre ceux qui les possèdent et ceux qui se trouvent sous leur férule. Les Arabes ne se situent pas seulement dans le camp de ceux qui n’en disposent pas, mais également dans le camp de ceux qui à l’occasion en tirent bénéfice.

Ces avions de combat sont omniprésents. Ils peuvent être visibles ou invisibles. Mais il n’y a aucun moyen d’échapper à leur venin ni aucun endroit où l’on puisse se cacher de leurs missiles. Les avions restent dans le ciel mais ses missiles vont descendre en piqué. La chair humaine n’a aucune chance contre un missile envoyé par un avion de combat. Le corps est nu face à la déesse qui erre au paradis tandis que des bâtiments faits de pierres et renforcés de ciment s’écroulent devant elle.

Les avions provoquent des destructions massives, mais ils n’apportent pas de solution dans la bataille contre ceux qui ont le droit pour eux.

Pour cela il faut que les fidèles de la déesse combattent au sol. Mais une fois que ceux qui appartiennent à cette civilisation commencent à combattre au sol, alors ils commencent à mourir et à pleurer.

Ce phénomène a produit une curieuse croyance, selon laquelle les soldats de cette civilisation ont le droit de tuer mais par contre que les autres n’ont pas ce droit, même dans une guerre.

Dans cette situation-là Israël retire discrètement ses troupes au sol et envoie ses F-16 afin de bombarder les emplacements « terroristes », qu’il s’agisse de maisons ou de villages. Ce comportement est lâche et vindicatif, bon pour ceux qui possèdent une force aérienne qui leur permette de se comporter en tyrans arrogants nés dans les cieux.

Ils se vengent non seulement parce qu’ils ont la volonté de le faire -- ils n’ont pas le monopole de la volonté -- mais parce que leur déesse fait en sorte que ce soit possible pour eux. [...]

Ce pouvoir destructeur les remplit de fierté..

. Le genre d’émotion qui précède la chute. La mort d’un enfant, de deux enfants, de trois ; la mort d’une femme ou de deux ; la destruction d’une ambulance

-Il est difficile de fixer précisément à quel point exactement le verre tombe de la main d’un responsable Arabe ou occidental lorsqu’il fixe son écran de télévision. Pousse-t-il un soupir devant l’horreur des crimes commis par Israël, ou bien se sent-il désespéré devant la folie israélienne qui lui fait perdre encore une autre occasion ?

Israël s’est construit en prenant des civils pour cible

En 1948, il les a pris pour cible en les déplaçant de force et en volant leur terre. Il a frappé des villages entiers supposés héberger des bases de feddayins -- des combattants de la résistance. La « stratégie » était basée sur deux principes : le besoin de dissuader les civils d’apporter leur appui à la résistance, ce qui signifie réprimer toute expression politique ou sociale, et le besoin d’assouvir la soif israélienne de revanche.

L’unité 101 conduite par Ariel Sharon au début des années 1950 était le fer de lance de ces deux principes. Cette unité a attaqué des villages, fait sauter les maisons et abattu ses habitants. Parmi les fruits les plus connus de cette philosophie se trouvent les massacres de Qubya, Nahalin et Al-Bureij dans ces mêmes années, et les massacres de Jabalya, Beit Hanoun, Al-Shajaiya, Qasba à Naplouse, et Jénine ces dernières années.

Pour atteindre ces objectifs, Israël avait besoin de bouchers, même s’il les qualifiait de « guerriers légendaires ». C’était une approche manuelle. Cela n’impliquait pas des F-16. Pour cette besogne il fallait juste des enfants gâtés appartenant à la bonne religion et avec le coeur penchant du côté du style de vie consumériste américain.

Israël frappe délibérement les civils au liban.

Son objectif est de punir quiconque a pu soutenir la résistance, de déplacer les civils vers le nord de façon à aggraver les tensions inter-communautaires dans le pays et à assouvir sa soif barbare de revanche.

L’attaque en cours, dans toute sa férocité et avec toutes ses victimes innocentes, a été planifiée longtemps à l’avance, avec une perversité qui défit l’imagination.

Israël est un état terroriste

La logique diabolique de cet état est activement supportée par un autre état terroriste qui a à sa tête Georges Bush, un homme sadique et violent, très dangereux, entouré d’une bande de Machiavels froids et calculateurs adeptes du terrorisme d’état.

Cette logique possède un défaut qui la rend impardonnable, une malédiction qui va hanter cette civilisation, une mise en accusation permanente de sa domination du ciel : comment peut-on s’attendre à ce que des enfants soient « réalistes » ? Comment quiconque pourrait-il les blâmer de leur propre mort ?

C
e n’est pas juste de réciter les prières des enfants morts comme s’il s’agissait de héros, et c’est honteux d’exposer leurs corps à la vue de tous. Ces enfants n’étaient pas des guerriers. Ils ne faisait pas partie de la résistance. Ils ne sont pas morts pour apporter une victoire à d’autres qui sont vivants et n’ont pas à exposer leur vie en première ligne. Ces enfants sont morts car ils n’ont pas pu s’échapper à temps ou parce qu’ils n’ont pas réussi à se cacher des avions. Ce sont les victimes de cette civilisation barbare et criminelle des avions de combat.

Leurs meurtiers doivent rendre des comptes et la résistance contre l’agression doit avoir notre soutien.

Al Ahram Weekly "When the skies rain death"
traduction : Claude Zurbach
publié le lundi 7 août 2006 sur le CCIPPP

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Articles
commenter cet article

commentaires

mutuelle smam 02/12/2009 15:21


super ce blog
bonne continuation
et a bientot