Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 06:33
 par Ari Shavit

Même quand Biniamin Nétanyahou était en pleine déroute en tant que Premier ministre, il continuait de s’en prendre au monde entier. Vers la fin des années 90, quand son gouvernement se décomposa, Nétanyahou répéta sans cesse qu’il était victime d’une injustice. «Le conseiller juridique du gouvernement s’acharne sur moi !», «le procureur de l’Etat me persécute !», «Les princes du Likoud me trahissent !», «La police fait intrusion dans ma vie privée !» et «Les médias versent mon sang !» «Vous avez perdu la tête !» s’écriait-il «Dans de telles conditions, il est impossible de diriger un état ! De façon systématique et malveillante, les élites israéliennes minent celui que le peuple a élu Premier ministre !»

Une grande partie des réclamations de Nétanyahou étaient justifiées. Les princes, avec Ehoud Olmert à leur tête, l’avaient trahi. Le système judiciaire et la police lui ont rendu la vie amère de façon anormale et les médias l’ont effectivement lynché. Au bout d’une année entière où Israël s’était intensivement concentré sur la question de Nétanyahou, elle perdit soudainement tout intérêt. Tout à coup, savoir si Nétanyahou avait tort ou raison, s’il était un agitateur dangereux ou un faux saint, n’avait plus aucune importance. Après tout, un Premier ministre est élu pour gouverner et pour permettre aux systèmes de l’Etat de fonctionner. Par conséquent, si le Premier ministre ne réussit pas à gouverner, il doit s’en aller. Qu’il ait tort ou raison, il doit s’en aller. Si la situation au sein des systèmes de l’Etat dont il est responsable, devient catastrophique et si ces systèmes sont de ce fait dans l’impossibilité de fonctionner comme il se doit, le Premier ministre doit s’en aller, un point, c’est tout.

C’est exactement ce qui s’est passé la semaine dernière. A priori, ce fut une semaine pas trop mauvaise pour l‘administration non administrée d’Olmert. Micha Lindenstrauss, qu’Ehoud Olmert hait de tout son cœur, a commis quelques erreurs tactiques, qui ont permis au Premier ministre de marquer quelques points et la vérité concernant la manière dont ce dernier dirige l’Etat, a été mise en sourdine pour un certain temps.

Cependant, en fait, la semaine dernière a prouvé qu’Israël, avec Olmert à sa tête, est pris dans une folie qui ravage tous ses systèmes. Il n’y a plu aucune politique, aucune responsabilité, aucune prise de décision, aucune morale, aucunes normes et aucun respect pour la loi. L’arrière n’est pas préparé en cas de guerre, Tsahal n’est pas prêt à affronter une guerre éventuelle, personne ne met en place les autorités officielles indispensables pour se mesurer à une guerre et rien n’est entrepris pour empêcher une prochaine guerre.

Face aux menaces croissantes, l’Israël d’Olmert fait l’autruche : il ne voit rien, n’entend rien et ne fait rien. Un microbe de négligence gouvernementale, d’absence de pouvoir, de déroute et d’anarchie totale, fait rage à Jérusalem.

C’est cette anarchie qui nous a coûté la deuxième guerre du Liban. C’est à cause d’elle que la guerre a été menée de la sorte. Mais le fait que la débâcle continue même après la guerre, est encore plus grave. Elle continue de faire rage, alors que nous avons les faits sous les yeux et que nous connaissons les responsables. Chaque jour, cette situation scandaleuse nous rapproche un peu plus de la prochaine catastrophe. Et tous ceux qui à présent, gardent le silence, en seront responsables.

Ce qui fait qu’à l’heure où l’ère d’Olmert est devenue cauchemardesque, la question de savoir si Olmert a tort ou raison, n’a plus aucune espèce d’importance. Maintenant que nous avons à Jérusalem un gouvernement qui n’a pas de conscience et qui a perdu la boussole, le face-à-face Olmert-Lindenstrauss n’a aucun intérêt. Prétendre que ce n’est qu’une question d’ordre personnel, est faux. Seule la responsabilité est personnelle, seule la responsabilité de ceux qui, à un moment crucial, n’ont pas fait ce qu’ils avaient à faire !

L’histoire nous jugera tous. Tout ministre qui reste encore dans ce gouvernement désastreux, devra un jour répondre de ses actes. Tout député de la Knesset qui continue de soutenir ce gouvernement devra se justifier un jour. De même pour tout membre d’une commission d’enquête, qui s’est repris à la dernière minute et qui a renoncé à faire son devoir. On ne peut pas savoir quand la réalité décidera de frapper, mais il est évident qu’elle finira par le faire un jour ou l’autre. Avec Olmert à sa tête, l’Etat d’Israël n’est prêt à rien, car il est frappé de cécité et pourri à la racine.

Traduit pour Arouts Shéva par Aline Sultan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Articles
commenter cet article

commentaires