Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 10:00
Ron Breyman

Quelle doit être la priorité de l’Etat d’Israël à l’approche de son soixantième anniversaire ? Il est vrai que le Premier ministre de Kadima a affirmé qu’un chef d’état n’est pas obligé d’avoir un «ordre du jour» et que son rôle se limite à gérer les affaires de l’Etat ( !!!… «Pauvre» gestion et pauvre état !) Est-ce qu’il est possible de diriger sans se fixer des objectifs et un programme politique ? La réalité parle d’elle-même : l’absence des éléments essentiels à la gestion de l’Etat saute aux yeux, en particulier quand cette absence s’accompagne du rejet et de l’oubli de la vision sioniste et de son remplacement par «l’idéal de deux états», slogan creux et obsessionnel d’Olmert et de Livni.

Le seul fondement de l’existence de l’Etat d’Israël est la vision sioniste qui lie de nouveau le Peuple à sa Terre après des milliers d’années durant lesquelles il a été privé d’indépendance politique. Le moyen de réaliser cette vision est le rassemblement du Peuple d’Israël en Erets Israël. Par conséquent, l’immigration et l’intégration sont les missions nationales les plus importantes. Il est triste de constater la déception de tous ceux qui ont été nommés à ce poste et de voir qu’ils passent leur mandat à ne rien faire et à attendre l’occasion de quitter ce ministère pour un poste plus «important», comme celui de ministre des Affaires étrangères, par exemple…

De vrais dirigeants sionistes auraient placé l’idéal sioniste (la Alya, l’intégration, l’implantation dans l’ensemble du pays et plus particulièrement en Galilée, en Samarie en Judée et dans le Néguev) en tête des priorités nationales, plutôt que celui de la «paix» qui est irréalisable pour la génération actuelle ou celui de «deux états» qui est la recette idéale pour l’élimination de l’idéal sioniste. Un vrai pouvoir sioniste aurait fait du poste de ministre de la Alya et de l’Intégration, le poste le plus important et le plus motivant. Un vrai gouvernement sioniste se serait efforcé de développer l’environnement, l’économie, le tourisme, l’enseignement supérieur et se serait employé à disperser la population dans l’ensemble d’Erets Israël, au lieu de la laisser se concentrer uniquement sur la plaine côtière. Un vrai gouvernement sioniste aurait encouragé l’élan d’implantation au lieu de programmer sa destruction. Il n’y a pas de message plus négatif pour un Juif qui envisage sa Alya, que celui de l’expulsion de Juifs de leur propre pays par la force et sur l’ordre d’un gouvernement d’Israël.

En 1937, quand le nombre de Juifs en Erets Israël, était 20 fois inférieur à celui d’aujourd’hui, la Commission Peel du mandat britannique proposa de limiter la Alya Juive en Erets Israël à 1 000 par mois, c’est-à-dire 12 000 par an. Soixante-dix ans après, alors que nous avons désormais un pays, une armée et une économie puissants, Israël se contente de ce nombre d’immigrants par an et personne ne considère cela comme un échec ou un problème qui nécessite un changement des priorités à l’ordre du jour national. Dans l’Israël hédoniste, la jonction des mots «changement de priorités» signifie porter atteinte à l’implantation sioniste et favoriser l’idéal de l’autre «nationalité», de l’ennemi.

Durant les premières années de l’Etat et sous un pouvoir sioniste qui savait fixer des objectifs, définir des défis, donner un exemple personnel et exiger des efforts et des sacrifices, nous fûmes témoins d’une Alya et d’un mouvement pionnier qui ont transformé le pays qui venait à peine de naître en un modèle qui inspira l’émerveillement et l’admiration du monde. Durant les 15 dernières années, sous un pouvoir qui a abandonné la vision sioniste, qui l’a remplacée par le «veau d’or» de la «paix» et du «nouveau Moyen-Orient» et qui a placé l’importance de l’individu avant celle de la collectivité, Israël s’est éloigné non seulement de la vision sioniste, mais également de celui d’un «pays où il fait bon vivre» et s’est transformé en un sujet de ridicule en Israël et à l’étranger.

La conduite du gouvernement actuel a mené Israël à la faillite dans tous les domaines. Il est temps de le remplacer par un gouvernement sioniste qui placera les véritables valeurs sionistes en tête de son ordre du jour et qui sera jugé selon ces mêmes valeurs.

Traduit pour Arouts Shéva par Aline Sultan.

Partager cet article

Repost 0

commentaires