Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 06:51

Intervention de Hillel Neuer, Directeur de UN Watch, 4ème session du Conseil des Droits Humains de l’ONU, 23 mars 2007

Rédaction d'Objectif-info:
Merci à Ménahem Macina de
upjf.org , qui sait repérer les combats essentiels et les mener, de nous transmettre ce document précieux. L'intervention du Président de Human Watch pointe le détournement de la cause des droits humains par l'ONU, c'est à dire par le concert des dictatures, souvent sanguinaires et bellecistes, qui tiennent le haut du pavé dans l'enceinte internationale. Néanmoins, ce détournement ne demeure pas confiné au sein de la célèbre organisation: il est pris en compte, organisé, diffusé, amplifié par une multitude d'ONG qui ont fait profession d'accuser les démocraties, en premier lieu Israël, et d'exonérer dictateurs et terroristes.
Les accusations scandaleuses de ces ONG, - financée et manipulées par qui ? -, sont répercutée par les média européens et américains. Elles sont à l'origine d'une intoxication généralisée des opinions publiiques et participent à la dérive d'instances judiciaires qui s'en inspirent dans leurs décisions. Nous sommes là au coeur d'une des entreprises les plus pernicieuses destinées à annihiler les valeurs occidentales et "suicider" la liberté, au nom des valeurs de la liberté, détournées et inversées.
La réponse violente et dérisoire du Président du Conseil des Droit Humains est significative: désormais des voix comme celle de M. Hiller Neuer ne pourront plus être entendues dans l'enceinte qu'il préside. Les dictateurs et les fauteurs de guerre seront enfin entre eux et seuls maîtres de la parole.
Sur le site de Human Watch
Voir aussi la vidéo du discours de H. Neuer et de la réponse courroucée du président de séance, sur le site littlegreenfootbals.com
Intervention de M. Hillel Neuer
Monsieur le Président,
Il y a six décennies, au lendemain des horreurs nazies, Eléonore Roosevelt, René Cassin et d’autres éminentes personnalités se réunissaient ici, sur les rives du Lac de Genève [1], pour réaffirmer le principe de la dignité humaine. Ils créèrent la Commission pour les Droits de l’Homme [2]. Aujourd’hui, nous demandons : Qu’en est-il de leur noble rêve ?

Dans cette session nous avons la réponse. Confronté à des rapports convaincants, en provenance de toutes parties du monde, de torture, de persécution et de violence envers des femmes, qu’a déclaré le Conseil et qu’a-t-il décidé ? Rien.

Sa réponse a été le silence. Sa réponse a été l’indifférence. Sa réponse a été coupable.

On pourrait dire, pour reprendre les mots de Harry Truman, qu’il est devenu un Conseil qui ne-fait-rien, et n’est bon-à-rien.

Mais ce ne serait inexact. Ce Conseil a, en fin de compte, fait quelque chose.

Il a promulgué résolution sur résolution pour condamner un seul Etat : Israël. Dans huit décisions – et il y en aura trois de plus, dans cette session -, le Hamas et le Hezbollah ont bénéficié de l’impunité. Toutes les autres victimes dans le monde – des millions et des millions dans 191 pays – continuent à être ignorées.

Donc, oui, ce Conseil fait quelque chose. Et les dictateurs du Moyen-Orient qui orchestrent cette campagne vous diront que c’est une très bonne chose. Et qu’ils s’efforcent de sauvegarder les droits humains, les droits palestiniens.

Donc, les meurtriers racistes et violeurs de femmes du Darfour nous disent aussi qu’ils se soucient des droits des femmes palestiniennes ; ceux qui occupent le Tibet se soucient des occupés ; et les massacreurs de musulmans, en Tchétchénie, se soucient des musulmans.

Mais ces défenseurs autoproclamés se soucient-ils vraiment des droits des Palestiniens ?

Examinons les quelques mois écoulés. Plus de 130 Palestiniens ont été tués par des forces palestiniennes. C’est trois fois le total cumulé des pertes qui ont fourni le prétexte à la convocation de sessions spéciales en juillet et novembre derniers. Pourtant les champions des droits palestiniens — Ahmadinejad, Assad, Khaddafi, John Dugard — ne disent rien. Le petit Salam Balousha, âgé de trois ans, et ses deux frères ont été assassinés dans leur voiture par les forces du Premier Ministre Haniyeh. Pourquoi le Conseil a-t-il choisi de se taire ?

Parce qu’Israël ne pouvait pas être accusé de ce forfait. Parce que, en vérité, les dictateurs qui dirigent ce Conseil n’ont cure des Palestiniens ni des droits humains.

Ils cherchent à diaboliser la démocratie israélienne, à dénier toute légitimité à l’Etat juif, à faire du peuple juif un bouc émissaire. Il cherchent autre chose également : à fausser et à pervertir le langage et les idées des droits humains.

Vous me direz : qu’est-il arrivé au rêve des fondateurs ?

Des mensonges épouvantables en ont fait un cauchemar.

Merci, Monsieur le Président.

*****

Intervention en réponse de M. Luis Alfonso de Alba,
Président du Conseil des Droits Humains de l’ONU

Pour la première fois, dans cette assemblée, je n'exprimerai pas de remerciements pour cette déclaration. Je voudrais signaler au distingué représentant de l'organisation, qui vient de s’exprimer, le distingué représentant de United Nations Watch, si vous voulez avoir l’obligeance de m’écouter, que je suis désolé de ne pouvoir vous remercier de votre déclaration. Je tiens à dire que je ne tolérerai aucune déclaration de ce genre dans le Conseil. La manière dont il a été fait référence à des membres de ce Conseil, et au Conseil lui-même, est inadmissible. En mémoire des personnes que vous avez évoquées, les fondateurs de la Commission des Droits de l’Homme, je vous conseille vivement de faire preuve, dans toutes vos futures déclarations, d’un minimum de correction en matière de comportement et de langage. Faute de quoi, toute déclaration émise par vous sur un ton semblable à celui d’aujourd’hui sera supprimée des protocoles.

-----------------------
Notes du traducteur

[1] Rappelons que ce UN Human Rights Council a son siège à Genève.
[2] Créé en juin 2006 pour remplacer la Commission des Droits de l’Homme, discréditée tant pour son inefficacité que pour son parti pris, ce Conseil s’est vite avéré aussi inadéquat, voire pire. Un constat, parmi des dizaines d’autres tout aussi sévères : « Comme aux pires moments de la défunte Commission, dont le Conseil est censé pallier les carences et remédier aux excès, une majorité automatique et de blocage impose sa loi et n’en fait qu’à sa guise […] Le Conseil nouvelle mode, des droits de l’homme aux Nations unies s’ingénie à prendre le relais des dérives qui ont fait sombrer la Commission, en empruntant la même voie perverse de l’instrumentalisation au profit d’intérêts politiques. Déjà diluées par une fragmentation dans le temps, ses activités s’installent dans la routine onusienne, en gâchant les occasions pour s’enliser dans le déclamatoire et enrichir les dossiers sur les étagères. » (Reporters Sans Frontières, 12 août 2006).

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Antisionisme
commenter cet article

commentaires