Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 06:47
par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

Dans le numéro daté du 4 avril 2007 du journal Le Monde, Daniel Vernet, directeur des relations internationales du quotidien, relevait, très justement, sous le titre « Israël-Kosovo : même erreur ? » la comparaison malheureuse commise, récemment, par le gouvernement russe, qui, dans sa Revue des principes de politique étrangère, traçait un parallèle entre l’indépendance du Kosovo, proposée par l’émissaire spécial de l’ONU, Martti Ahtissari, et la création de l’Etat d’Israël.

 Selon les rédacteurs de la publication russe, « Pour des raisons bien connues, le processus de création politique et territoriale d’un Etat palestinien a échappé au contrôle de la communauté internationale et ce facteur-clé est à l’origine de la non-résolution du conflit israélo-palestinien ».

Le journaliste français a eu, parfaitement raison, de rappeler que l’Union soviétique a été la première grande puissance à reconnaître, en 1948, le nouvel Etat d’Israël, créé à la suite d’une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Le gouvernement russe est donc, effectivement, mal venu de vouloir se fonder sur « l’expérience de la communauté internationale » avec la création de l’Etat d’Israël, qui « donne matière à réflexion » pour se préparer à opposer son veto au projet qui sera soumis, prochainement, au Conseil de sécurité, projet qui devrait aboutir à l’indépendance « surveillée », dans un premier temps, de cette entité, toujours partie de la Serbie, mais, actuellement, administrée internationalement par l’ONU.

Toutefois, Daniel Vernet nous paraît commettre, à son tour, au moins une erreur, si ce n’est témoigner d’une certaine mauvaise foi.

En effet, après avoir souligné qu’effectivement, « les situations ne sont absolument pas comparables », il considère que « la création d’un Kosovo indépendant ne met en cause l’existence d’aucun Etat avoisinant et ne prive aucun peuple de son Etat  » (souligné par nous).

A première vue, cette constatation paraît exacte, mais c’est oublier qu’il faut la replacer dans le contexte d’une comparaison, esquissée, par la publication russe, avec la situation au Kosovo.

Et, alors, à ce moment-là, l’affirmation du journaliste français apparaît être une contre-vérité, car, implicitement, mais non moins clairement, elle signifie qu’Israël met en cause l’existence d’Etats voisins et prive le peuple palestinien de « son Etat ».

Or, c’est oublier que la résolution de novembre 1947, acceptée par les représentants du Yichouv (population juive en Palestine) prévoyait la création d’un Etat arabe, faisant pendant à un Etat juif et que ce sont les Etats arabes et la population arabe de la Palestine, poussée par ceux-ci, qui ont refusé ce partage et donc cette création.

En tout état de cause, Israël n’a jamais menacé l’existence d’aucun Etat voisin et s’il a fallu un traité de paix avec l’Egypte, en 1979, puis avec la Jordanie, en 1994, c’était pour normaliser la situation résultant du conflit déclenché, notamment, par ces deux pays contre Israël, depuis son accession à l’indépendance.

Quant au peuple palestinien, cela fait déjà quelque temps que les gouvernements israéliens successifs ont admis, officiellement, l’idée d’admettre la création d’un Etat palestinien, aux côtés de l’Etat d’Israël.

Est-il besoin de rappeler - ce que certains médias, voire gouvernements semblent oublier - le refus persistant du Premier ministre palestinien de reconnaître l’Etat d’Israël.

De fait, les récentes évocations d’une conférence israélo-arabe mettent d’ailleurs le doigt sur le véritable problème, qui menace la paix dans cette partie du monde.

Nous avons déjà évoqué, à différentes reprises, la dimension principalement « israélo-arabe » et non pas « israélo-palestinienne » du conflit.

En réalité, les Etats arabes qui, d’une manière ou d’une autre, se sont résolus à reconnaître le droit à l’existence de l’Etat d’Israël, ne sont pas prêts à accepter, à moins d’y être plus ou moins contraints, la création d’un Etat palestinien.

En effet, celui-ci, sous la pression de sa population, impressionnée par l’exemple voisin, a vocation à être un Etat démocratique, à l’image de l’Etat d’Israël.

Or, la présence d’un Etat arabe démocratique, à leurs portes, risquerait de déstabiliser les régimes arabes existants.

A défaut de pouvoir s’opposer, ouvertement, à la création d’un Etat palestinien, les Etats arabes trouvent plus commode d’épouser les thèses palestiniennes les plus extrémistes, qui empêchent tout règlement pacifique avec Israël.

Sans aller chercher à mettre en évidence le rôle néfaste joué par l’Iran, qui multiplie, à l’heure actuelle, les manoeuvres de diversion, il est évident que la Syrie est en première ligne pour ne pas accepter l’idée d’un Etat palestinien.

N’oublions pas que c’est Hafez el Hassad qui empêcha Yasser Arafat de s’installer en Syrie, au moment, où après le « septembre noir » de 1970, il fuyait la répression sanglante du roi Hussein.

Bachar el Assad a tout intérêt - pour assurer son avenir - à empêcher l’établissement de la paix aux portes de son pays et à soutenir le Hamas, tant dans ses prises de position politiques, que dans ses actions terroristes.

Tant qu’il y aura un conflit entre Israéliens et Palestiniens, le spectre d’un Etat palestinien sera maintenu à distance de Damas.

Reste à savoir si la raison finira par l’emporter dans le camp arabe, comme cela a été le cas, dans le camp israélien, où le mythe du « Grand Israël » ne peuple plus que les rêves d’une petite minorité d’Israéliens.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Articles
commenter cet article

commentaires