Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 06:15

Shraga Blum pour Arouts Sheva

olmertperetzhaloutz.jpgAlors que les procès-verbaux des témoignages devant la Commission Winograd viennent à peine d’être mis à la disposition du public, certaines réactions se sont déjà fait connaître dans la classe politique. En voici un échantillon.

Pour le parti Kadima, Menah’em Bensasson, s’est dit satisfait : « Le témoignage du Premier ministre montre qu’il a eu une vision globale de la situation, et qu’il a adopté un comportement responsable dans la gestion du conflit.» Dans l’entourage d’Ehoud Olmert, on commente les témoignages en affirmant qu’ils décrivent « un Premier ministre humain, qui hésite, pose des questions et se pose des questions, et décide ensuite avec sérieux et gravité. N’ont-ils pas lu les conclusions de la Commission ?

Mais il est à noter que Ben Sasson est la seule personnalité de Kadima à être venue voler au secours de son Premier ministre.

A droite, Silvan Shalom (Likoud), déclare que la “tentative de l’échelon politique de faire peser la responsabilité sur l’échelon  militaire ne réussira pas." L’impression de dégoût ne fait qu’augmenter, et confirme la nécessité impérative pour Ehoud Olmert et Amir Peretz de démissionner. »

Benny Eilon, président du Ihoud Leoumi, déclare qu’ « il n’y a rien de nouveau concernant l’échec patent de ce gouvernement. Au lieu de discutailler sur cet échec, il faut au plus vite changer radicalement la direction politique du pays, afin de reconquérir la confiance du public et des réservistes, avant la prochaine guerre qui se profile à l’horizon. »

Zevouloun Orlev (Ihoud Leoumi - Mafdal), affirme « qu’Ehoud Olmert n’a pas pris ses responsabilités en tant que Premier ministre, ni pendant la guerre, alors il doit les prendre maintenant en quittant ses fonctions. » Orlev, au vu du comportement du Premier ministre, « comprend l’opposition d’Olmert à la publication de son témoignage, car il met en évidence sa fuite des responsabilités. .

Pour Guid’on Saar (Likoud), « il est clair qu’Ehoud Olmert a voulu mettre toute la responsabilité de l’échec de la guerre sur l’armée, et qu’Amir Peretz a montré non seulement son inexpérience dans les domaines sensibles, mais n’a rien fait non plus pour tenter de combler ses lacunes. »

Limor Livnat (Likoud) déclare que « Le Premier ministre et celui de la Défense ont perdu toute pudeur, en tentant de mettre la responsabilité sur Tsahal. Dès avant la publication de ces témoignages, la déclaration de Tsipi Livni montrait l’intention de l’échelon politique de se défausser sur l’armée. Il est clair qu’Ehoud Olmert ne peut pas être celui qui réparera les dégâts montrés du doigt par la Commission Winograd, ni celui qui préparera le pays pour les défis futurs

A gauche, les réactions vont dans le même sens. Pour Zehava Gal-On (Meretz), qui demandait depuis longtemps la publication de ces témoignages, ces derniers « montrent à quel point il a été une erreur irresponsable et tragique de lancer la grande offensive terrestre après la résolution du Conseil de Sécurité. Ces témoignages montrent les dirigeants dans leur nullité et leur incapacité, et doivent entraîner leur démission sans délai. Ran Cohen (Meretz) déclare que « Les témoignages montrent quelle était la nature des relations et de la communication  entre les différents intervenants. Le manque de sérieux dans lequel ont été prises les décisions justifie à elles seules la disparition de la confiance de la population envers sa classe dirigeante. »

Du côté des Travaillistes, du Shass et d’Israël Beiteinou, aucune réaction officielle à cette heure-ci, car le point commun entre ces trois formations est leur position pour le moins ambiguë par rapport au gouvernement Olmert. Seul Ehoud Yatom (Avoda), et candidat à la direction du Parti, a condamné ce « transfert des responsabilités » s’est prononcé pour la démission du Premier ministre.

Il est clair que la publication de ces témoignages ne va pas arranger la situation au sommet de l’Etat, surtout dans les relations entre l’armée et la direction politique. Mais surtout, ils montrent une fois de plus la nécessité de recréer la confiance entre la population et ses dirigeants par une refonte complète de la classe politique, et l’émergence d’une génération de politiciens plus concernés par les intérêts du pays que par les combines politiciennes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires