Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 06:06
LE MONDE | 15.05.07

Le nom de Claude Lanzmann est à ce point associé au monument qu'est le documentaire Shoah qu'on en oublie ses autres films. D'où l'opportune édition en DVD de son premier long métrage, Pourquoi Israël, réalisé en 1973. Ce très beau film documentaire noue le rapport du cinéaste au destin juif contemporain et prouve que son projet ne se limite pas au seul désastre du génocide.



Dans le bonus qui accompagne cette édition, le cinéaste s'en explique. Parti à l'époque avec l'objectif de rapporter de ce séjour de quatre mois un reportage pour le journal Le Monde, il n'écrira jamais cet article et ne terminera pas davantage le livre qu'il commence à écrire sur le sujet. Vingt ans plus tard, le film ressaisit en quelque sorte par la voie du cinéma le choc initial que son auteur ne s'était pas résolu à transmettre par l'écrit.


MOSAÏQUE ISRAÉLIENNE

Cette genèse pourrait paraître anecdotique si elle ne manifestait une sorte de correspondance entre l'avènement du peuple du Livre sur le terrain de l'Histoire et sa représentation par l'image. Agents de police impavides, dockers truculents, "panthères noires" révoltées, doux utopistes des kibboutz, cow-boys de western oriental, bagnards du rêve sioniste, révolutionnaires communistes, colons conquérants, dévots atemporels et touristes américains en goguette incarnent ici cette image.

C'est tout à la fois de cette rupture et de ce renouvellement dans la continuité spirituelle et historique du judaïsme que tente de rendre compte le film, à travers le prisme d'une question essentielle, posée comme en écho au projet de normalisation juive incarné par l'Etat d'Israël : qu'est-ce qu'une normalité juive ? La forme que prend le film pour y répondre se révèle intelligente : soit une enquête subjective témoignant de cette mosaïque israélienne en même temps que de l'immémoriale réticence juive, quand bien même elle s'intitulerait sioniste, en matière de normalité.

Entre l'héritage de Kafka et la nécessité de former des pilotes de chasse, selon l'expression de l'archéologue et ancien chef d'état-major Ygal Adin, qui est un des nombreux personnages de ce film, Pourquoi Israël donne à voir et à entendre toute la complexité et la diversité de ce pays, tenaillé entre la mort et la renaissance, la religion et la laïcité, l'héritage européen et oriental, le conflit ashkénazes-séfarades, les chants spartakistes et les prières orthodoxes, l'ancrage biblique et les villes de développement, l'aspiration démocratique à la paix et les idéaux délétères du Grand Israël.

Ce maelström de sensations et de témoignages, de paysages et de visions, pose la réalité d'Israël comme un fait incontestable, en même temps qu'il évoque les contradictions et les tensions qui font de ce pays une manière de fiction moderne.

Bouillonnant de vie, de drame sous-jacent et d'humour de situation, Pourquoi Israël inaugure aussi une méthode et une présence lanzmanniennes devenues depuis familières : cette manière si particulière et si aiguisée de se tenir bord cadre pour mieux pénétrer au coeur des choses.

Partager cet article

Repost 0

commentaires