Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
3 juin 2007 7 03 /06 /juin /2007 00:20
Zalman Shoval pour Arouts Sheva

Ce qui se passe ces jours-ci à Sdérot et dans le Néguev occidental n’est pas moins important, en particulier pour ce qui est des retombées que ces évènements auront dans l’avenir, que la série d'échecs politiques et militaires dont parle le rapport Winograd. Et en effet, il y a bien une relation évidente entre la Deuxième guerre du Liban et l’attaque actuelle de roquettes : le Hamas, qui n’est pas dirigé par l’Iran, mais qui resserre nettement ses relations diplomatiques, financières et opérationnelles avec l’Iran, a été encouragé par le (relatif) succès du Hezbollah et l’est aussi par le manque de doigté du gouvernement d’Israël. Même si les tirs de Kassams font, entre autres, partie de la lutte entre le Hamas et le Fatah, cette face du combat aurait été moindre, sans ce qui est perçu par la plupart des Palestiniens comme le succès du Hamas dans sa lutte contre Israël (de même que le désengagement de Gaza a été présenté par le Hamas comme le succès de la «résistance»)


En effet, il n’y a pas de plus grand triomphe pour nos ennemis que le spectacle affligeant de l’évacuation de citoyens d’une ville israélienne, même si nous préférons appeler cela un «entracte» pour reprendre des forces. Dans leur imagination déchaînée, nos ennemis voient déjà la prochaine étape : Sdérot et Ashkelon pour commencer et plus tard, qui sait, peut-être que ce sera le tour de Tel-Aviv. Nous n’aurions pas dû atteindre le stade où ne serait-ce qu’un seul Israélien est évacué de chez lui. Ceci ne doit en aucun cas être interprété comme une critique à l’égard des habitants, qui sont les victimes immédiates du manque d’action du gouvernement. Mes critiques s’adressent plutôt à ceux qui ont provoqué cette situation.


Il est gênant d’entendre des porte-parole officiels ou des journalistes dire que «nous avons tout essayé et que nous n’avons plus aucun recours» Tout d’abord, parce que c’est loin de refléter la vérité et deuxièmement, parce que cela renforce encore plus l’audace de nos ennemis, tout en accentuant le sentiment d’abandon du public israélien. Par exemple, la semaine dernière, «un important représentant de la sécurité» a déclaré : «Il n’y a aucune solution efficace. Une opération terrestre ne servira à rien et la paralysie des infrastructures non plus» L’Israélien moyen se demandera : si tel est le cas face aux morsures venimeuses de scorpion du Hamas, comment nous mesurerons-nous à la menace iranienne?


La vérité, c’est qu’il y a des solutions, mais je doute que le pouvoir actuel soit capable de les traduire en actes. Ici encore, il est intéressant de se pencher sur les conclusions du rapport de la commission Winograd, dont on peut comprendre que les accords d'Oslo (de même que le «désengagement») ont semé au sein du public et de l’armée la fausse illusion que l’ère de la guerre est terminée.


Il n’est pas surprenant non plus de constater que de même qu’au moment de la Deuxième guerre du Liban, Israël ne marque pas de grands succès sur la scène diplomatique dans le contexte de l’attaque de roquettes sur Sdérot. Nous n’avons même pas su «exploiter» la «presque guerre civile» à Gaza en freinant la tendance croissante des nations à nouer des liens avec «le gouvernement d’union» palestinien, par exemple. Il est particulièrement inquiétant de constater que même le Président Bush a déclaré : «il faut bien sûr condamner les attaques de roquettes, mais on ne peut ignorer les souffrances des Palestiniens» Cela revient presque à dire que le terrorisme meurtrier contre de paisibles citoyens en Israël provient de problèmes humanitaires au sein de l’Autorité palestinienne. Espérons qu’il ne s’agissait que d’un «dérapage de langage» et que nous n’avons pas à craindre un changement négatif de la politique américaine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Articles
commenter cet article

commentaires