Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 07:14
Shraga Blum - Arouts Sheva



Lorsque le psalmiste s’écriait ainsi, il parlait des Nations. Mais force est de constater qu‘en Israël, malheureusement il ne manque pas de gens qui entrent dans ce navrant schéma. Ce matin, sur Kol Israël, une discussion surréaliste a eu lieu entre deux journalistes : « Mais comment n’avons nous rien vu venir ? En quelques jours, le Hamas a pris le contrôle de la Bande de Gaza ! En cela, nous les journalistes, avons peut-être une responsabilité ! » Réponse de son collègue : « Notons bien qu’au moment où le Hamas a choisi de lancer son offensive, nous étions en pleine campagne électorale présidentielle, et en pleines primaires travaillistes… » Tel quel !


Comment des professionnels sont-ils capables de s’exprimer ainsi, alors que le Hamas se prépare depuis des années à ce scénario ? Soit ils se moquent de nous, soit, ce ne sont que des incapables. Peut-être les deux ! Les intentions du Hamas étaient visibles à l’œil nu, et les avertissements des services de renseignements comme des partis de droite n’ont pas cessé, dès avant encore l’évacuation du Goush Katif.


Un chroniqueur politique a quand même eu, un peu plus tard, l’honnêteté de reconnaître que le terme bien choisi de « Hamastan », a été évoqué pour la première fois par Binyamin Netanyahou lors des dernières élections, rappelant que « les avertissements du leader du Likoud avaient alors été accueillis avec ironie et dérision ». Une fois de plus.


Les dernières informations, alarmantes, diffusées ce midi, révélaient que depuis la prise de contrôle de la Bande de Gaza, l’approvisionnement en armement par l’Axe de Philadelphie est passé à une vitesse supérieure, et les tunnels de contrebande se multiplient. Quel est la signification ce phénomène ? Que le Hamas, très logiquement, va maintenant passer au stade suivant : avec l’aide de l’Iran, les terroristes risquent bientôt de se doter de missiles à moyenne et longue portée, ce qui changerait complètement la donne. Ashdod, Ashkelon, Beer-Sheva ou les faubourgs de Tel-Aviv, ce n’est pas Sderot ! Et on se rapproche des lieux de résidence des milieux aisés et influents du pays !


Et pendant ce temps, que fait le gouvernement ? Il se casse la tête pour étudier comment approvisionner la population de Gaza sans donner l’impression d’aider le Hamas, et il multiplie les déclarations de bonnes intentions en direction d’Abou Mazen et du Fatah, pour dire que « le moment est peut-être idéal pour relancer le processus de paix ». Sous-entendu « des concessions douloureuses » Merci, on a déjà donné.


L’assistance respiratoire à une Autorité palestinienne moribonde - dont il faut rappeler que la direction est autant impliquée dans le terrorisme aveugle que le Hamas - est aujourd’hui le sujet à l’ordre du jour, au lieu de prendre à bras le corps les dangers immédiats qui vont en s’aggravant.


La manière d’agir des gouvernements israéliens depuis une quinzaine d’années est presque invariablement la même : nier les avertissements, ignorer les conséquences prévisibles de ses décisions, laisser les risques vitaux s’accumuler, tarder à réagir, et invoquer toutes sortes d’obstacles techniques, soi-disant moraux ou diplomatiques pour ne pas prendre les mesures qui s’imposent. Paradoxalement, la seule décision forte, volontariste d’un gouvernement, prise en dépit de toutes les oppositions, a été dirigée contre sa propre population, avec l’évacuation du Goush Katif, dont l’inutilité s’avère aujourd’hui à la mesure de la gravité.


Oslo, la fuite du Liban, le réarmement du Hezbollah, l’évacuation du Goush Katif et l’abandon à leur sort des Juifs chassés de leurs maisons, la remise du contrôle de l’Axe de Philadelphie aux Egyptiens, les hésitations face au réarmement massif du Hamas, l’attentisme face à la création de bases iraniennes au nord et au sud du pays, tant d’échecs patents de cette fameuse « konseptzia » naïve d’un monde allant vers une ère de paix, et tant de Commissions nationales d’enquêtes qui attendent encore d’être formées.


Le temps n’est pas encore venu de voir des dirigeants d’Israël se lever, et avouer devant le peuple « qu’ils ont cru en ce qu’ils faisaient, mais qu’ils se sont trompés ». L’humilité ne fait pas encore partie des qualités requises pour présider aux destinées de ce pays. Et en attendant, les couteaux s’aiguisent implacablement autour de nous.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Point de vue
commenter cet article

commentaires