Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
4 juillet 2007 3 04 /07 /juillet /2007 07:03
Article d’une grande clairvoyance, illustré par des comparaisons pertinentes, même si, en histoire comme ailleurs, "comparaison n’est pas raison". A lire attentivement et faire connaître largement. (Menahem Macina).

 

 

Qu’en pense M. Douste-Blazy qui disait de l’Iran, « ce grand pays, un grand peuple et une grande civilisation, qui est respecté et qui joue un rôle de stabilisation dans la région » ? Est-il seulement maladroit lorsqu’il fait choir les dominos ? Gaza, aujourd’hui, le Liban, demain. Bien mal inspiré également, le stratège qui dessinait les lignes sinueuses de la politique étrangère française au gré de ses amitiés personnelles (1).

  

 

Cassandre aujourd’hui.  

 

Dissimuler ou minimiser les dangers, apaiser les craintes lorsqu’elles naissent, telles sont les prétendues vertus auxquelles prétendent les dirigeants français depuis 20 ans. Félicitons-nous alors que les Cassandre du XXIe siècle aient pour noms : Ayaan Hirsi Ali (2), ou Wafa Sultan (3). Elles sont femmes, elles sont musulmanes - ou l’ont été -, et elles nous décrivent clairement non seulement notre avenir ; mais surtout, elles appellent à l’aide. Malheureusement, elles ne seront pas entendues, et encore moins écoutées, car tel est le sort de Cassandre, impuissante à empêcher la guerre de Troie, impuissante à déjouer le piège du cheval de bois. 

 

 

C’est bien de piège que madame Ayaan Hirsi Ali nous entretient, dans un article du Figaro (2), intitulé : "Affaire Sulman Rushdie : ce que l’occident ne veut pas comprendre". Mais les prophéties de Cassandre sont toujours négligées ; et c’est ainsi que, dès le lendemain, des attentats d’une grande ampleur étaient déjoués au Royaume-Uni. Son constat : « Un nombre toujours croissant de musulmans de par le monde se sont engagés dans une lutte à mort avec l’Occident sur le champ idéologique, pour le pouvoir, le territoire et l’accès à des ressources limitées… Les Occidentaux ont trop souvent haussé les épaules quand leurs propres icônes étaient profanées… ». Son conseil : « l’Ouest ne doit pas céder d’un pouce… ».

  

 

Certains prétendent qu’il s’agit d’un conflit entre la civilisation et la barbarie. Admettons au moins, contrairement aux thèses officielles, qu’un conflit de civilisations est désormais installé. Convenons volontiers, avec madame Wafa Sultan, que : « l’individu musulman n’est pas né terroriste, qu’il ne l’est pas non plus devenu du jour au lendemain, (que) ce sont les enseignements religieux qui n’ont pas permis à d’autres sources scientifiques de jouer un rôle dans son éducation ». En effet, l’enseignement religieux s’impose, depuis ces dernières années, comme un moyen de ralliement autour d’une arme redoutable : le terrorisme, en prétendant se venger de la perte du lustre de la civilisation arabo-islamique, ainsi que de la colonisation européenne. Tel le cyclope Polyphème, dont la rage tardive ne servit à rien, nos gouvernants, en France et en Europe, ont utilisé l’argent des contribuables pour [permettre à l’Autorité Palestinienne d’]éditer des livres scolaires enseignant la haine (4). C’est le lieu de citer la célèbre boutade de Lénine : « Ils (les capitalistes) paient même la corde pour qu’on les pende ». 

 

 

Il est, certes, utile de s’interroger sur l’existence d’un islam modéré. Pour certains, les modérés seraient les plus nombreux (80 % des adeptes), principalement lorsqu’ils vivent en Occident (5), mais, craignant la vindicte et le débordement, ils se taisent le plus souvent.  

 

Mais, pour nous, la seule question qui compte est : Notre civilisation est-elle en danger ? 

 

 

  • Notre civilisation ? C’est une règle de vie fondée sur la laïcité, sur le respect de la vie, le respect des droits de l’homme, ceux de la femme, ainsi que ceux des enfants (à qui nous n’enseignons pas, dans nos livres scolaires, la haine et les vertus du meurtre et du suicide), et sur la tolérance pour la religion des autres. 
  •  
  • Notre civilisation ? C’est d’abord la culture gréco-romaine, puis la culture européenne, avec Hugo, Maurois, Mozart, Mahler, Mendelsohn, etc., et celle du nouveau monde, avec Hemingway, Roth, Gershwin, Barber. C’est à dessein que nous citons ces noms pour rappeler l’origine judéo-chrétienne de cette culture.  

 

Pourquoi ce conflit naît-il aujourd’hui ? M. Steyn (6) en résume la raison dans le titre d’une étude : "It’s the demography, stupid" (C’est la démographie, crétin !). Selon cet auteur, nous nous préoccupons des besoins secondaires de notre société, tels les services assurés par l’Etat (soins médicaux, garderie, congés parentaux, PACS, etc.), en négligeant les besoins prioritaires : la défense de la nation et le renouvellement des générations. Ainsi, « l’Union Européenne aurait adopté une variante de la stratégie des Shakers (nom d’une branche sectaire protestante), qui n’étaient pas autorisés à avoir des enfants et ne pouvaient donc augmenter leur nombre que par la conversion », ce qu’elle fait grâce à l’immigration, mais sans obtenir une « conversion » à ce que l’on peut appeler « les fondamentaux » de notre vie en société.  

 

Or, la notion de tolérance, dans le monde occidental, est sans limite, alors que « la plupart des gens qui adhèrent à l’idée que toutes les cultures se valent, [et] ne veulent vivre dans rien d’autre qu’une société occidentale avancée » (6). Pire, la capture de terroristes de nationalité française ou canadienne, par exemple, inspire à M. Steyn, la réflexion suivante : « C’est vraiment merveilleux, le multiculturalisme : vous pouvez choisir dans quel camp faire cette guerre. Lorsque l’ordre d’incorporation arrive, cochez juste "équipe nationale", ou "adversaire", selon vos préférences. » Si vous avez choisi la dernière option et qu’elle vous conduit en détention, la France assurera financièrement votre défense. 

 

 

Aveuglés assurément, comme le cyclope !

 

 

 

L’équilibre des dominos est de plus en plus précaire. 

 

 

D’autres tomberont bientôt, car il n’y a pas d’exemple qui infirme la théorie des dominos (7), quand il s’agit de la propagation d’une idéologie. Après la Sarre, l’Autriche, la Tchécoslovaquie, l’Europe tout entière finit par tomber aux mains de Hitler. De même, tous les Etats de l’est cédèrent au communisme, de 1945 à 1948, parfois de façon apparemment démocratique (8) ; et Staline maintint, pendant 40 ans, sous sa férule, la moitié de l’Europe, et dans l’angoisse et la soumission, l’autre moitié (« Plutôt rouges que morts ! »). Encore pouvions-nous supposer, à l’époque, qu’un conflit armé, ou le fait d’en brandir la menace, viendrait à bout de l’idéologie pernicieuse. 

 

 

Mais demain, quand le Moyen-Orient sera conquis, quand l’Afrique septentrionale aura, à son tour, cédé à un islam conquérant - un pléonasme, selon Stéphane Denis (9) -, quand des postes avancés seront établis dans l’ex-Yougoslavie et les Balkans, quand l’infiltration (« la démographie, crétin !»), puis la submersion et la subversion se seront installées, il n’est pas douteux que, quelle que soit la religion pratiquée par les uns et les autres, le mode de vie de l’Europe occidentale changera, ne serait-ce que parce que nos principes laïques voleront en éclats, que nos libertés d’expression s’étioleront, que nous acquiescerons à des limites aux droits des femmes, à leur accès aux soins, et à bien d’autres restrictions et censures. Sur ce chapitre, « l’accoutumance à l’abdication sont déjà devenues la norme » (10). Il y a peu, nos dirigeants contestaient les racines judéo-chrétiennes de notre civilisation et se refusaient « à juger les régimes politiques à l’aune de nos traditions, au nom de je ne sais quel ethnocentrisme » (11). Demain, les porteurs d’idéologies funestes seront majoritaires dans nos pays et feront basculer les derniers dominos.  

 

Malheureusement, nos dirigeants jouent contre leur camp. Nous ne pouvons probablement pas leur prêter une absence de clairvoyance. Leur louvoiement est la preuve du contraire. Mais leur détestation des Etats-Unis, recuite depuis 50 ans, leur "haine de soi", leur indulgence, voire leur dilection pour le monde arabo-islamique – cf. op. cit. (11) - ont pour conséquence notre désarmement psychologique, le refus de toute résistance, la tétanisation devant le danger.  

 

Aussi M. Steyn prédit-il : « qu’une bonne partie de ce que nous appelons, de façon assez vague, le « monde occidental » ne survivra pas à ce siècle, et une bonne partie disparaîtra, dans les faits, de notre vivant, y compris un certain nombre, si ce n’est la plupart des pays de l’Europe de l’Ouest ».Est-ce "la vingt cinquième heure" (12) ? Probablement. Car « les civilisations ne meurent pas : elles se suicident » [Arnold Toynbee, cité par M. Steyn] et « nous savons que nos civilisations sont mortelles » [cité d’après Paul Valéry].  

 

© Gabriel Lévy  

------------------

 

1) Eric Aeschlmann et Christophe Boltanski, Chirac d’Arabie, les mirages d’une politique française, 2006, Grasset. 

2) Le Figaro, 29 juin 2007. 

 

3) Interview, Al-Jazeera, 26 juillet 2005. 

 

4) Réponse ministérielle, JO du 15/06/2004 : « Concernant les manuels scolaires palestiniens, la France, à l'instar de ce qui a été décidé par l'Union européenne, a souhaité aider le ministère palestinien de l'éducation à se doter de ses propres manuels pour remplacer des ouvrages élaborés dans des pays voisins et dont le contenu faisait l'objet de critiques récurrentes. Elle suit, avec vigilance, le contenu des ouvrages au financement duquel elle participe, de sorte que la présentation de ces nouveaux manuels ne puisse faire l'objet des mêmes critiques ».  

 

5) Yvan Rioufol : "La terreur, au nom de l’islam", Le Figaro, 15 juillet 2006.  

 

6) "It’s the demography, stupid", en anglais sur le site du Wall Street Journal, et en français, sur celui de l’UPJF, 26 juin 2007.  

 

7) Eisenhower : « You have a row of dominoes set up, you knock over the first one, and what will happen to the last one is the certainty that it will go over very quickly » [Prenez une rangée de dominos: si vous faites tomber le premier, vous pouvez être sûr de ce qui arrivera très vite au dernier], 7 avril 1954.  

 

8) Ce fut le cas du "coup de Prague », le 25 février 1948 [voir sur Wikipedia]. Le dernier « domino », la Tchécoslovaquie, tombait "en douceur".  

 

9) Stéphane Denis, Le Figaro, 14 décembre 2006.  

 

10) Jean-François Revel : Comment les démocraties finissent, Grasset, 1983, p. 214. 

 

11) Cf. Chirac d’Arabie, les mirages d’une politique française, op. cit., p 298 : « Les dirigeants arabes ont parfois des méthodes qui ne sont pas les nôtres. Mais je me refuse à juger les régimes politiques à l’aune de nos traditions, au nom de je ne sais quel ethnocentrisme. »  

 

12) Virgil Gheorghiu, La vingt-cinquième heure, 1945. Le livre de poche.  

 

------------------ 

 

Mis en ligne le 3 juillet 2007, par M. Macina , sur le site upjf.org 

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Point de vue
commenter cet article

commentaires