Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 07:30
Shraga Blum pour Arouts Sheva

L’optimisme de rigueur diffusé par le Premier ministre en visite aujourd’hui dans le nord, en ce jour anniversaire du début de la Deuxième guerre du Liban, doit être mis en contraste avec l’image qu’ont de nous nos ennemis, et particulièrement le Hezbollah, depuis ce conflit qui a considérablement écorné l’image d’invincibilité d’Israël.


Il est vrai que la rhétorique arabe doit toujours être prise avec des pincettes, et que l’imaginaire prend souvent le dessus sur la réalité dans cet « Orient compliqué. ». Toutefois, nul n’a besoin d’être savant pour se rendre compte qu’Israël n’est plus vue par le monde arabe comme elle le fut au lendemain de la Guerre des Six Jours. La libéralisation et la mondialisation des médias permettent aujourd'hui aux masses arabes de voir dans quel état psychologique et moral se trouve la société israélienne, et les implications nocives sur l’armée et la politique. Il ne faut jamais oublier cette règle d’or de la géostratégie, qui veut que les décisions importantes se prennent souvent en fonction de la représentation que l’on se fait de l’ennemi. Or, depuis le processus d’Oslo, la fuite du Liban, l’évacuation du Goush Katif et la Deuxième Guerre du Liban, le monde arabe a une représentation d’un Israël en perte de vitesse et de repères, hésitant, en constante interrogation, et en recul idéologique permanent. Les péripéties politico-judiciaires et les diverses affaires de mœurs parachèvent ce tableau bien pénible d'une société israélienne en panne.


Ainsi, hier soir, pour « fêter » le premier anniversaire du déclenchement du conflit, les dirigeants du Hezbollah ont adressé aux Israéliens des « vœux » bien personnalisés.


Dans une interview accordée à une télévision iranienne, le Sheikh Nabil Kaoouk, chef du Hezbollah au Sud-Liban, s’est permis d’ironiser sur « cette armée qui est partie en courant ! » « En 33 jours, Tsahal n’est pas arrivée à vaincre le Hezbollah, et elle sera incapable de le faire à nouveau. » jubilait-il ! Il a « rassuré » ses troupes en leur disant que « les révélations de la Commission Winograd montreront à quel point la honte et la vulnérabilité des soldats sionistes sont mis en évidence »


Dans cette interview, qui a également été diffusée sur Al-Manar, la chaîne du Hezbollah, le Sheikh Kaouuk se dit « fier que pour la première fois, une armée arabe a réussi à surprendre Israël (c’est faux !), et à porter le conflit jusque dans les zones civiles (ça, c’est malheureusement vrai) ! »


Observant ce qui se passe dans le pays, le Sheikh déclarait fièrement : « Depuis un an, il n’y a pas un seul jour où les Israéliens ne parlent pas de ce qui s’est passé, et ressentent les conséquences de cette guerre. Les généraux démissionnent les uns après les autres. »


Accusant également les Américains, il a affirmé que « l’immense propagande diffusée par les Américains et par Israël depuis un an est destinée à vouloir obtenir ce qu’ils n’ont pas pu obtenir sur le terrain militaire. Le but du Hezbollah est de lutter jusqu’au bout pour faire disparaître définitivement le rêve américain d’un nouveau Proche Orient. »


Peu importe la véracité exacte de chacune des affirmations de ce Sheikh, l’idée centrale est qu’Israël est de plus en plus vue par le monde arabo-musulman comme un agneau apeuré, et non plus comme un loup aux dents acérées, et dans le cas présent, nous ne sommes pas dans une fable de La Fontaine !

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Point de vue
commenter cet article

commentaires