Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 07:32
Arié Eldad  - Arouts Sheva


Durant des années, on nous a lavé le cerveau avec le slogan «deux états pour deux peuples» Si quelqu’un osait mettre ce mensonge en doute, il se faisait tourner en ridicule. Quiconque continuait de prétendre qu’un état palestinien à l’ouest du Jourdain, mettrait l’existence d’Israël en danger, se faisait traiter «d’âne qui ne change jamais d’avis» et de quelqu’un qui refuse de reconnaître que ce que le monde entier pense, est juste. D'incalculables séminaires de collaborateurs avec des organisations criminelles ont abouti à des discussions en costumes cravates, dans des salons officiels et lorsque des dirigeants israéliens, feignant la naïveté ou par bêtise, sont eux aussi tombés dans le panneau, dans ce filet magique et chimérique, le Président des Etats Unis a lui aussi eu une idée géniale qui a reçu la bénédiction enthousiaste d’un dirigeant israélien corrompu.


Subitement, ce qui était considéré comme une menace pour l’existence d’Israël, ce à propos de quoi Rabin avait dit : «L’état palestinien ne verra le jour que sur les ruines d’Israël», ce danger s’est transformé en aspiration suprême et après avoir été considéré comme une catastrophe, il est devenu l’intérêt absolu d’Israël. Et une fois de plus, ce sont les Arabes qui nous ont sauvés de cette aspiration mortelle et de notre propre sottise.


Ce fut tout d’abord les 1500 assassins qui ont envahi nos maisons et nos rues, directement et personnellement par la faute des architectes d’Oslo (les défunts et les vivants) Suivirent la «séparation» de la bande de Gaza, l’expulsion de milliers d’habitants et l'horrible destruction que nous avons nous-mêmes exécutée. La punition ne s’est pas fait attendre : le Hamas est monté au pouvoir, des milliers de Kassams se sont abattus sur notre territoire, puis, nous avons eu droit à une nouvelle guerre au Liban, la guerre civile a éclaté à Gaza et Tsahal n’a pas fait cesser les tirs de roquettes à cause de l’incapacité des dirigeants d’Israël.


La situation s’est renversée. La majorité du Peuple d’Israël sait à présent ce qu’il savait autrefois : ils ne veulent pas d’un état indépendant à nos côtés, ce qu’ils veulent, c’est nous détruire.


Progressivement, de l’autre côté de la mer, le ton a changé. A la Maison blanche, on continue de rappeler ici et là le projet de Bush, on appelle tout le monde à renforcer l’épouvantail du nom d’Abou Mazen et Olmert et sa «cour» nulle et corrompue continuent de se soumettre à leurs volontés, mais en coulisses, on commence à dire ouvertement qu’il est temps de préparer des nouveaux plans pour le jour où le rêve s’évanouira, quand il y aura un nouveau Président et lorsque Israël aura un Premier ministre.


Il n’est pas surprenant que les Palestiniens aussi comprennent que cette vision était chimérique. Et comme venue de nulle part, «l’option jordanienne» a refait surface.

Elle a plusieurs versions : Pérès, auquel nous devons la catastrophe d’Oslo, espère encore offrir la Judée-Samarie au Royaume de Jordanie. Nétanyahou, qui a perçu les premières notes des nouvelles mélodies, mais qui n’a pas entendu les paroles, veut faire entrer en Israël une unité de terroristes palestiniens en provenance de Jordanie. Et d’autres inventent des confédérations et des administrations communes.


Ils n’ont toujours pas le courage d’ouvrir les yeux et de se dire, de même qu’au monde entier, que la Jordanie, c’est la Palestine. Un seul état a le droit d’exister entre la Jordanie et la mer : l’Etat d’Israël. Les Palestiniens ont un état de l’autre côté du fleuve. Ils représentent 70% de ses citoyens. Le partage d’Erets Israël en deux états a déjà été effectué quand en 1922, Churchill a séparé l’autre côté du Jourdain de notre foyer national et l’a donné aux Arabes. Si cela fut un crime historique contre le Peuple Juif, le fait que nous n’ayons pas réussi à y changer quoi que ce soit et que de nos jours, nous voulons faire de cela un moyen de solutionner le conflit, est aussi un fait historique.


Il suffit de continuer de camoufler la vérité jusqu’à ce que les Juifs qui chantent encore le refrain de l’hymne de la Palestine sans se rendre compte du fait que les Palestiniens eux-mêmes commencent à chanter de nouvelles chansons, l’aient assimilée.


La Jordanie est la Palestine où il sera possible de réinstaller des millions de réfugiés de leurs camps de Judée et de Samarie, du Liban, de Syrie et de même de Jordanie. Il est possible de développer pour eux des réserves d’eau, des centrales électriques, des villes et de créer des emplois. Le transfert de plein gré est plus moral que tout et certainement plus moral que tout bain de sang dont nous rendent responsables les adeptes du partage d’Erets Israël et de la création d’un état palestinien de l’autre côté du Jourdain. Le transfert de plein gré se réalisera le jour où une famille de réfugiés qui vit de 700 dollars par an dans le camp de Ballata à Shekhem, pourra traverser le fleuve et gagner 7000 dollars par an en Jordanie, lorsque des industries pouvant employer des centaines de milliers d’ouvriers y verront le jour. Quant à ceux qui resteront de l’autre côté du Jourdain, ils deviendront résidents israéliens et citoyens de la Jordanie qui est la Palestine. La Jordanie acceptera, peut être qu’elle ne se réjouira pas, mais quand elle réalisera que l’alternative du Hamas de Judée-Samarie n’est pas moins dangereuse pour elle qu’elle ne l’est pour nous, elle se résignera.


C’est pourquoi l’ex Premier ministre jordanien El Majali et celui qui fut ministre de l’Intérieur palestinien Nasser Youssouf, sont prêts à discuter publiquement de «l’option jordanienne» Pas encore de la simple et élémentaire façon ayant des chances de réussir : «La Jordanie est la Palestine», mais en effaçant l’option d’un état palestinien indépendant de l’autre côté du Jourdain…


Le Professeur Arié Eldad est né en Israël en 1950. Il est marié et père de cinq enfants. Il a servi dans Tsahal durant 25 ans et fut nommé, médecin chef des Armées. Par la suite, il a dirigé le service de chirurgie plastique et de brûlures de l’hôpital universitaire d’Hadassa Ein Kerem à Jérusalem.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Point de vue
commenter cet article

commentaires