Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
13 août 2007 1 13 /08 /août /2007 06:23
Par Diana West | Jewish World Review. Adaptation française de Sentinelle 5767 ©

Ami, quand on en vient à l’Arabie Saoudite, sûr que Condi Rice et Bob Gates ont fait un rude marché. En visitant le “Royaume”, (surnom du conte de fées grinçant de cette fosse aux droits de l’homme, riche en pétrole), la secrétaire d’Etat et le secrétaire à la défense américains ont livré un message abrupt :

si vous continuez de fomenter et de financer le jihad mondial ; si vous continuez d’enseigner et de prêcher l’éradication ou la répression des non musulmans ; si vous continuez de fouler aux pieds les droits de l’homme, les droits de femmes, la liberté de conscience et la liberté d’expression ; et si vous continuez de soutenir les insurgés sunnites en Irak qui combattent les troupes américaines, alors les USA seront obligés d’agir. Oui monsieur, vous pouvez parier votre derrière en pétrodollars. Vous autres Saoudiens continuez de persévérer dans ces vilaines affaires, et l’Uncle Sam va... vous livrer pour 20 milliards de dollars d’armements dernier cri, aussitôt que possible.

Cela va les arranger.

Ou bien cela va-t-il nous arranger ? Il est facile d’obtenir des choses embrouillées, à moins de vous souvenir de la dernière version de la Doctrine Bush : Soit vous êtes avec nous, ou bien nous vous vendons des bombes intelligentes.

Dans l’administration Bush, une telle conciliation compte pour de la grande stratégie. Comme principal Etat sunnite, l’Arabie saoudite est supposée servir de contrepoids à l’étatisme terroriste iranien shiite. Oubliez le terrorisme d’Etat de l’Arabie saoudite. Et de grâce, ne demandez pas ce qui surviendra si et quand des révolutionnaires jihadistes, considérés comme ayant déjà infiltré les forces de sécurité saoudiennes, mettront la main sur nos bombes intelligentes. Inspirés par les enseignements de James Baker - en pratique un principicule saoudien honoraire - Condi, Bob et George considèrent les Saoudiens comme nos alliés modérés. Qui se soucie qu’ils fassent la promotion de la doctrine jihadiste ? Qui se soucie qu’ils parrainent le Hamas ? Qui se soucie de savoir combien de Saoudiens soutiennent - voire appartiennent à - al Qaïda ?

Les Saoudiens et les Etats sunnites associés, dont l’Egypte et la Jordanie, sont supposés donner leur accord à l’administration Bush pour prendre part à la stabilisation de l’Irak à majorité shiite - qui, dans le « Bushland », est supposée mettre un frein à l’Iran shiite, et non simplement en faire leur allié naturel dans cette situation. Il est dans l’intérêt des Etats sunnites, continue la grande Stratégie, d’aider à stabiliser l’Irak et de soutenir le soi-disant processus de paix entre Israël et les Palestiniens - ou plutôt, entre Israël et les « bons » Palestiniens du Fatah, et pas les « mauvais » palestiniens du Hamas. Oubliez que les Chartes des deux groupes appellent à la destruction d’Israël. Et oubliez le soutien saoudien au Hamas.

Les Sunnites n’adhèrent pas à la vision du monde de l’administration Bush, qui à la manière politiquement correcte, ignore la question islamique à 64.000 $ : pourquoi sur les prairies vertes d’Allah, ces Etats arrêteraient -ils l’hémorragie de l’ennemi idéologique n°1 en Irak ? Bien sûr que les mêmes Etats sont heureux d’acheter des fusils et des munitions américains. Ce qui pourrait transformer Condi, Bob et George en maîtres de la « politick du laisser-faire des affaires ». Cependant, cela ne dit pas grand-chose. Mais les Saoudiens ont promis d’ouvrir une ambassade à Bagdad, et de venir à des pourparlers de paix avec Israël, diront les porte-voix de l’administration. Eh bien, pas exactement. Les Saoudiens disent qu’ils vont considérer l’ouverture une ambassade, et envisager de venir à une conférence de paix.

Franchement, ouvrir cette ambassade à Bagdad prend du sens pour les Saoudiens (il est bien plus facile de fournir les insurgés en Irak à partir de la valise diplomatique). Mais depuis quand la présence d’un violeur des droits de l’homme d’envergure internationale, lors d’une pause dans un lieu de conférence pour quelque chose d’obséquieux, est-il digne de se traîner devant lui ? Réponse. Depuis cette semaine, quand les Etats-Unis, représentés par Rice, ont signé une déclaration commune endossant ce petit chou de plan de paix saoudien, celui qui renvoie Israël à des frontières indéfendables, d’avant les frontières de 1967. Qu’y a-t-il en retour ? La reconnaisance arabe d’Israël (Ô joie ! Les violateurs rétrogrades des droits de l’homme pourraient reconnaître la démocratie amante de la liberté !) Il s’agit bien d’un prix fou. Cela marque aussi un glissement capital dans la politique américaine qui prouve notre vérité calamiteuse : le terrorisme jihadiste paie.

C’est une vérité décourageante dans une ère déprimante. La détermination américaine a ouvert la voie à la soumission américaine, et presque personne ne l’a remarqué. Une très faible indignation au sujet de la vente saoudienne a débordé, même dans ce qui pourrait encore être appelé le camp de la guerre. Les Israéliens eux-mêmes n’ont exprimé que peu ou pas de contestation. Jusqu’à présent, à l’exception de représentant Républicain du New Jersey Mike Ferguson, le groupe de soutien anti-saoudien apparaît concentré sur un petit segment de la Gauche Démocratique : les députés au congrès de New York Jerrold Nadler et Anthony Weiner, le représentant au Congrès de la Floride Robert Wexler, l’écrivain de Gauche Robert Scheer, et le candidat aux présidentielles John Edwards.

Tout cela nous amène où, en définitive ? D’une certaine manière, il paraît pertinent de répondre : errant dans les étendues sauvages.


http://www.jewishworldreview.com/0807/about_face.php3

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Point de vue
commenter cet article

commentaires