Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 06:07
Shraga Blum - Arouts Sheva

Le problème croissant des réfractaires ainsi que les propos du Rav Ovadia Yossef, exigent par effet inverse, que l’on se penche un peu plus sur tous ces valeureux soldats sionistes-religieux, du plus simple à l’officier supérieur, qui font honneur à Tsahal, et qui arrivent à allier pratique des mitsvot, service militaire combattant et solidarité avec l’Etat d’Israël.


De manière régulière, au courant de l’année, se réunissent les officiers supérieurs de Tsahal, dans l’unes des bases militaires du pays. Ils sont des centaines, dont le moins gradé…est colonel ! La constatation est nette : à chaque fois, le nombre de kippot crochetées est en augmentation. Le journaliste Ben Caspit, de Maariv, que l’on ne peut soupçonner d’amour hypertrophié pour les religieux, conclut que « les soldats sionistes-religieux sont en train de devenir la colonne vertébrale de Tsahal ». En effet, si, il y a une ou deux décennies, il fallait bien chercher pour trouver un officier supérieur portant kippa, une lente révolution s’est mise en marche, et on compte maintenant nombre de généraux qui arborent ce « signe distinctif ». Le premier fut Yaakov Amidror, puis vinrent ensuite Yaïr Naveh, Eleazar Stern, Yaïr Bär, Gershon Hacohen et d’autres. Cette innovation ne s’est toutefois pas faite de manière lisse, à en juger le refus de Shaoul Mofaz d’élever Effi Eitam au grade de général, en raison de ses opinions politiques. Un phénomène identique est perceptible, quoique dans une proportion moindre, dans les services de renseignements, le fameux Shabak.


Lorsque l’on sait que les généraux de l’Etat major deviennent ensuite généraux de réserve, et forment le vivier des fonctions clés dans le monde politique, économique et social, on peut imaginer quel pourrait être l’aspect de la société de demain.


Le dernier recrutement dans la fameuse base « Bahad 1 » ne laisse pas la place au doute : 40% des nouvelles recrues portaient la kippa ! Et lorsque l’on se penche sur les unités combattantes, la proportion des officiers atteint 50% !!


Tout ce ceci est le fruit d’une longue évolution et surtout d’un travail éducatif de longue haleine qui s’est fait depuis la Guerre de kippour, dans le but de créer une nouvelle génération de dirigeants militaires et politiques, qui remplacera à terme la génération des bâtisseurs de l’Etat. Dans les familles d’abord, mais surtout dans les écoles national-religieuses, les camps de vacances, les instituts de préparation militaires ou les Yeshivot Hesder, tout a été fait pour inculquer aux enfants les valeurs du sionisme-religieux, dont le service militaire dans les unités combattantes, le sacrifice de soi, l’amour du peuple, de la Thora et d’Erets Israël font partie.


Malheureusement, il y a toujours des personnes ou des milieux qui, pour des raisons philosophiques, psychologiques ou politiques, voient dans cette évolution une « menace », allant même jusqu’à dire, que « Tsahal a cessé d’être l’armée du peuple ». Ces mêmes personnes qui étaient d’ailleurs fières jadis, quand ce furent les jeunes des kibboutzim et du part travailliste, qui formaient l’élite de l’armée. On ne peut d’ailleurs pas ne pas voir dans le soutien à la Hitnatkout, au-delà de l’aspect politique, une volonté inconsciente d’une partie de la population, de briser cette motivation auprès de la jeunesse religieuse.


Les craintes de ces secteurs de population sont infondées. Tout d’abord, parce que porter une kippa ne veut pas forcément dire appartenir à la même famille politique. Les mesures prises par Yaïr Naveh contre des militants de Judée-Samarie, ou la croisade d’Eleazar Stern contre les Yeshivot Hesder en sont pour preuve. Ensuite, la conception sioniste-religieuse de la société est de nature rassembleuse, et non exclusiviste, comme le sont les idéologies de gauche qui ont dominé le pays jusqu’à aujourd’hui. Ces dernières ont fait leur temps, et leurs représentants actuels ne voient plus dans l’armée ni dans l’Etat des valeurs positives. Pour eux, l’armée est « un obstacle à l’avancement personnel, à la libre-pensée, et à toutes les objectifs de l’Homme du 21e siècle ». Pour beaucoup de ces jeunes, servir le pays, sacrifier de son temps, risquer sa vie, changer la société, appartenir à un destin commun, ne sont plus des valeurs mais des notions dépassées et même contre-productives. Il suffit de voir où se trouvent et que font les enfants des dirigeants politique actuels, jusqu’au plus haut d’entre eux !


Bien sûr, il s’agit là de tendances, car il existe encore des idéalistes dans la monde laïc, comme il y des réfractaires dans le monde religieux, mais l’arrivée en force d’une direction sioniste-religieuse au sein de l’armée, puis plus tard, aux fonctions dirigeantes du pays, est une donnée incontestable, et elle est le seul moyen de tourner bientôt le dos à l’atmosphère post-sioniste, défaitiste, individualiste et hédoniste, qui caractérise les élites actuelles.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Point de vue
commenter cet article

commentaires