Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 06:07
Proposé par Ram Zenit PAF 2, "Politique arabe de la France". Adaptation française de Sentinelle 5767

" Une vie emportée est un monde qui disparaît ", disaient nos sages de mémoire bénie.
Faites connaître votre amour de la vie ! A tout être humain !
Même l’amour de la vie de ton ennemi. Parce que une fois mort, l’ennemi n’est rien d’autre qu’un monde perdu.

Nous savons, ici à Tel Aviv et à Jérusalem, que notre amour de la vie n’est pas partagé par tous : tout au contraire, les forces sataniques obscures vénèrent la mort, sacrifiant leurs propres enfants dans la fournaise de la mort au nom du D.ieu unique qu’ils ont transformé, comme un Moloch, en une idole de pierre noire se dressant dans les sables du désert. Et à la chair déchiquetée de leurs enfants, ils mêlent le sang de nos fils dans des rites païens insensés, de feu, de sang, et de morceaux de chair humaine.

Et ils veulent nous imposer leurs rites, leur religion de haine, leur Livre - sculpture minimaliste de leur dieu satanique et de son prophète ! A Tous !

Ici sur le Pays de nos Pères et de nos Sages. Et partout, dans les pays d’autres croyances, d’autres pratiques religieuses ; ils veulent même imposer leur croyance à ceux qui ne croient pas !

Et ceux qui croient dans le même dieu, le même prophète, le même livre qu’eux, s’ils sont noirs de peau, ils les tuent aussi ! Ils les massacrent, violent leurs filles et leurs femmes, abreuvent de sang les sillons noyés dans le sol du désert d’Afrique. Mais le silence répond aux cris et aux attaches des enfants de l’homme africain, sacrifiés !

Silence ! Silence de ceux qui sont effrayés ! Silence des idiots qui recherchent l’or et l’or noir des tueurs !

Les tueurs massacrent au Soudan dans le Silence des Nations.

Un autre, fils d’une grande civilisation qui avait ses géomètres, ses astronomes, ses poètes, prépare l’enfer sur terre, pour notre Pays, celui de nos Sages et de nos Pères.

Dans le Silence des Nations.

D’autres, devenus enragés de haine, essaient de nous massacrer, mais nous avons appris comment nous dresser contre nos ennemis, après des milliers d’années où nous avons été brûlés vifs, assassinés par les gaz et brûlés encore, nous avons appris à fermer, pour un temps, nos livres, à plier nos châles de prière, et à prendre l’épée !

Et à nous défendre au prix de la vie de nos ennemis.

Et à détruire ainsi des mondes parce que " une vie emportée est un monde qui disparaît " ont dit nos Sages !

Mais quand nous nous défendons - nous devons interrompre l’étude de nos Sages et de nos Pères, stopper ici et maintenant le sillon tracé dans le désert, briser le terrible et lourd Silence des Nations quand nous sommes massacrés !

Et si c’est au prix de vies comptées sur les doigts de la main, les Nations se réveillent, ceux qui dormaient alors que les tueurs des Africains en massacraient des milliers et des centaines de milliers dans leur Grand Silence.

Et elles dorment encore, les Nations, quand le fils de la Perse, cette grande civilisation de géomètres, d’astronomes et de poètes, prépare l’enfer pour notre Pays, celui de nos Pères et de nos Sages, qui aimaient et respectaient tant la vie !

* L’ONU a décidé la nuit dernière, par 156 voix, y compris les pays de l’Union Européenne, d’enquêter sur l’incident de Beit Hanoun.
* L’ONU n’a rien décidé encore de constructif pour stopper le génocide des Noirs du Soudan par les bandes arabes.
* L’ONU n’a encore rien décidé de constructif pour stopper la course aux armes nucléaires de l’Iran, qui veut éradiquer l’Etat d’Israël.
L’Histoire, si ce ne sont pas les hommes, jugera les Nations Unies et son Secrétaire Général.
Et les collaborateurs en son sein et parmi les nations.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Articles
commenter cet article

commentaires