Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Am Israël Haï
  • Am Israël Haï
  • : Israël, ce pays qui pousse l'individu à la recherche de lui-même. Un voyage de retour vers l'Histoire, vers sa propre Histoire.
  • Contact

Vidéos

  


 
 

 

Recherche

Fréquentation du blog

outils webmaster

 

 

Archives

à voir



Rah'em

Pour ne pas oublier que ce qui se passe à Sderot a commencé par l'évacuation du Goush Katif.


Evacuation de Névé Dékalim en 2005
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 05:24
service de Presse de l’ambassade de France en Israël

Le Haartez rapporte que les renseignements militaires (AMAN) ont émis des doutes quant aux chances de réussite de la conférence de paix régionale, qui se réunira à Annapolis fin novembre. Les estimations du département de recherches des renseignements militaires, récemment transmises à l’échelon politique, restent pessimistes quant à la capacité de l’Autorité Palestinienne de prendre la responsabilité sécuritaire des principales villes de Cisjordanie.

 

Les responsables des renseignements craignent notamment que les Palestiniens cherchent à obtenir des succès immédiats par le biais de la conférence, tandis que les engagements pris auprès d’Israël, notamment la lutte contre le terrorisme, ne puissent pas être tenus.

Les renseignements militaires ont également exprimé leur inquiétude face à la liste de gestes que les Palestiniens réclament d’Israël en vue de la conférence et qu’ils ont communiquée aux Américains. Sur cette liste on trouve la libération de prisonniers supplémentaires, le démantèlement de barrages, le dégel de fonds palestiniens et la réouverture d’établissements palestiniens à Jérusalem-Est, qu’Israël a fermés au début de la deuxième Intifada.

Le chef des renseignements militaires, le général Amos Yadlin, a prévenu cette semaine le gouvernement que le Hamas risque de perpétuer un attentat d’envergure à la veille de la conférence dans l’objectif de la saboter.

Abbas trace les frontières du futur Etat palestinien

La presse israélienne se fait l’écho d’une interview qu’a accordée hier le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmud Abbas, à la télévision palestinienne, où il a pour la première fois publiquement indiqué la superficie du territoire que les Palestiniens réclament pour leur futur état : 6.205 km2. Ce chiffre, explique le Maariv, représente l’ensemble de la Cisjordanie, la bande de Gaza et le Jérusalem-Est, ainsi que quelques secteurs aux abords de la Cisjordanie qui étaient des « no man land » avant 1967.

Le Yediot écrit que tout en faisant savoir son objection catégorique à tout transfert de villages arabes israéliens sous contrôle palestinien, le président de l’Autorité Palestinienne a évoqué le principe d’« ajustement de frontières ». Selon des sources palestiniennes, il s’agit de 2-3% de la superficie de la Cisjordanie qui resteront sous contrôle israélien, notamment la région de Jérusalem, d’Ariel et du Gush Etzion . En échange, les Palestiniens recevront des territoires de taille et de « qualité » équivalentes.

Sondage : une faible majorité en faveur des pourparlers Olmert-Abbas

Selon un sondage réalisé par l’institut Dialogue pour le Haaretz, 51% des Israéliens soutiennent les négociations en vue d’un accord permanent, qui ont lieu actuellement entre le Premier ministre Ehud Olmert et le président de l’Autorité Palestinienne, Mahmud Abbas, contre 42% qui s’y opposent. Au sein du Kadima, du parti travailliste, du Meretz et des partis arabes, une forte majorité s’affiche favorable à ces contacts. De manière surprenante, 40% des électeurs du parti de droite d’Israel Beitenu et 28% des électeurs du Likoud approuvent eux aussi les pourparlers.

Le sondage a également vérifié les opinions des Israéliens vis-à-vis des enquêtes policières en cours contre le premier ministre. Il en ressort que 64% des personnes interrogées s’opposent à ce que ces enquêtes soient suspendues pour permettre à Ehud Olmert de se focaliser sur la direction de l’Etat. 28% seulement approuveraient une telle suspension. Par ailleurs, une large majorité estime que les interrogatoires que subit le premier ministre lui rendent difficile ou presque impossible l’accomplissement ses fonctions : 85% pensent qu’il ne peut à peine se consacrer aux affaires de l’état, ou bien que sa capacité à le faire est sérieusement altérée.

Barak a gelé les constructions dans les implantations en Cisjordanie

Le Maariv rapporte que le ministère de la Défense a cessé d’accorder des permis de construire, y compris dans le cas de croissance naturelle au sein des blocs d’implantations tels que Gush Etzion, Ariel et Maalé Adoumim. Le but de cette mesure est de faire pression sur les dirigeants des colons pour qu’ils acceptent de démanteler les colonies sauvages.

En effet, poursuit le journal, le Conseil de Judée-Samarie et Amana, le Mouvement pour le peuplement des territoires, ont reçu ces dernières semaines des messages très clairs de la part du ministère de la Défense annonçant une radicalisation de la politique du gouvernement concernant les restrictions imposées à la construction dans les implantations.

Cette mesure du gouvernement contre les colons est l’expression d’une nouvelle dégradation des relations déjà mauvaises entre les parties, écrit le journal. Depuis la période qui a précédé le désengagement et encore plus après août 2005, il y a une cassure quasi totale entre les dirigeants des colons, le gouvernement et Tsahal. La coopération entre les parties n’est que correcte et il a fallu beaucoup de temps avant que les responsables du conseil de Judée-Samarie acceptent de rencontrer des ministres, dont Haïm Ramon, qui préside la commission ministérielle chargée des implantations illégales. De son côté, Ramon tente de promouvoir son plan de désengagement agréé, comprenant l’évacuation de dizaines de milliers de colons dans le cadre d’un accord définitif avec les Palestiniens.

Un membre du Fatah tué à Naplouse

Hier, dans la Kasba de Naplouse, une force spéciale de la police israélienne a abattu un membre de la branche militaire du Fatah et en a blessé un autre, rapporte le Haaretz.

Tsahal a en outre entamé hier matin une opération d’envergure dans la ville de Kalkilya, à laquelle participent deux bataillons d’infanterie, des garde-frontières et des agents du Shabak (les renseignements intérieurs). Jusqu’à hier soir, huit habitants de la ville avaient été arrêtés dans le cadre de cette opération et un jeune palestinien avait été blessé après qu’il se soit apprêté à lancer - d’après des sources militaires israéliennes - un cocktail Molotov sur les soldats. Selon le Haaretz, cette opération vise à porter atteinte au réseau du Hamas de la ville dont les membres sont parvenus il y a six mois à faire infiltrer dans Tel-Aviv un camion chargé d’une grosse quantité d’explosifs.

DIPLOMATIE

Polémique américaine autour du raid israélien en Syrie

Les journaux israéliens reprennent une information publiée dans le New York Times, selon laquelle des divergences sont apparues ces dernières semaines entre la Maison Blanche et le Département d’Etat américain concernant la valeur des renseignements israéliens qui ont entraîné le raid en Syrie. Selon le journal américain, on se demande à Washington si les informations communiquées par Israël plusieurs mois avant l’attaque la justifiaient pleinement, et si elles nécessitaient vraiment une révision de la politique américaine à l’égard de la Syrie et de la Corée du Nord.

La polémique entre les responsables américains porte sur la question de savoir si ces informations démontrent véritablement que la Syrie développe un plan nucléaire qui risque de menacer tout le Moyen-Orient. Selon le Maariv, tandis que Dick Cheyney et d’autres faucons jugeaient fiables les informations israéliennes et soutenaient une révision des relations entre les USA et la Syrie et la Corée du nord, Condoleeza Rice était réticente à propos de leur fiabilité, estimant que Washington n’avait pas de raison d’envisager un changement de politique.

INTERIEUR

Lindenstrauss protège Zelika par un arrêt provisoire

Le contrôleur de l’Etat, Mikha Lindenstraus, a émis hier un « arrêt provisoire de protection » interdisant de mettre fin au mandat du trésorier-payeur général au ministère des finances, Yaron Zelika. Le contrôleur a agi en sa qualité d’Ombudsman (équivalent israélien du Médiateur de la République), un statut qui lui procure la compétence d’interdire le licenciement d’un agent du service public ayant dévoilé une affaire de corruption. Yaron Zelika est la personne qui a porté plainte contre le Premier ministre Ehud Olmert dans l’affaire de la banque Leumi. Son mandat devait arriver à son terme dans huit jours, et le gouvernement n’avait pas l’intention de le prolonger.

Selon le Yediot, la décision de Mikha LIndenstrauss a stupéfait les bureaux du Premier ministre et du ministre des finances, qui s’apprêtaient à soumettre dimanche prochain à l’approbation du gouvernement la nomination du remplaçant Zelika. Le ministre des finances, Roni Bar-On, a toutefois annoncé qu’il respecterait l’arrêt provisoire du contrôleur de l’Etat. Néanmoins, écrit le journal, il se peut que le ministère des finances fasse appel à la Cour suprême en demandant la cassation de cet arrêt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Haim - dans Articles
commenter cet article

commentaires